Mercredi 10 août 2011 3 10 /08 /Août /2011 18:37

Dans ce blog, il n'y aura rien sur le skateboard, rien sur les customs, rien sur le surf, rien sur les montres et les stylos de luxe, rien sur les chaussures de luxe et les fringues de même, rien sur l'architecture d'avant-garde, rien sur les produits hi tech, rien sur les automobiles de sport ou de course (sauf cyclecars), rien sur le rock, rien..., rien... (ajouter votre rien à vous)

Un p'tit Mickey en guise d'éditorial...   Boucq249

(Avec mes remerciements anticipés au talentueux artiste GOOSSENS pour l'emprunt de cette œuvre qui résume bien des choses que chacun de nous comprendra...)  

Chaque fois que cela sera possible, et chaque fois qu'un document nouveau sera découvert sur la moto d'avant 1914 (de préférence française), il sera publié sur ce blog. Toutes précisions complémentaires sont bienvenues, mieux, sollicitées !

Merci de ne pas poser de "questions subsidiaires", sauf si elles présentent un intérêt pour la collectivité...

IMPORTANT

Inscrivez votre e-mail dans la case "newsletter" en bas de colonne à droite, ainsi vous serez prévenu par e-mail dès qu'un nouvel article sera mis en ligne : c'est entièrement GRATUIT !

 

Révélations sur le Circuit des Ardennes 1905Dunlop gazette364-copie-1

(Extrait de La Gazette Dunlop - année ?)

Par zhumoriste - Publié dans : ARCHIVES PRÉ-1914
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Mercredi 10 août 2011 3 10 /08 /Août /2011 18:54

GNOME R4 LA BARAQUE

Un "Rollie Free" auvergnat en 1950 (Gilbert Remondin, Gnome-Rhône 125 R4)

Vespa Rollie bisUn "Rollie Free" Vespiste (américain)
Gnome-jouet-copie-1.jpgCe jouet d'origine italienne fut offert au "Rollie auvergnat" par le patron des Aciéries des Ancizes qui avait assisté à sa performance dans la Côte de La Baraque (près Clermont-Ferrand).

Victoria-record.jpg

Encore un "Rollie Free", c'est l'Allemand Georg Dotterweich qui à bord d'un Victoria Vicky de 38 cm3 battit le record mondial des 50 cm3 avec 79 km/h le 12 avril 1951. Son moteur (deux-temps avec distributeur rotatif) développait 2,5 ch à 10 000 t/minute contre 1 ch en série. 

Par zhumoriste
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Mercredi 10 août 2011 3 10 /08 /Août /2011 19:03

En 1898, la présence au Salon de Paris d’un « motocycle » sur le stand Les Fils de Peugeot Frères laissa supposer qu’il s’agissait là de la première motocyclette Peugeot. Ignorée par les revues (à peine) spécialisées de l’époque, elle ne retint l’attention que du Monde Illustré, un hebdomadaire généraliste. Un siècle plus tard, il accrochait l’œil acéré de Michel Pernot, membre du Motocyclettiste. La brève description de la machine de l’inventeur suisse Edouard Butikofer était accompagnée d’un dessin pas trop éloigné de la réalité comme on peut en juger par comparaison avec le prospectus de l’époque. Mais, plus que l’illustration, c’est le texte de ce document qui est du plus haut intérêt. On apprend donc que si Peugeot a bien construit cette « Bicyclette à moteur », elle n’était sur son stand qu’à titre d’invitée avant de disparaître dans les brumes de l’oubli…

Edouard Butikofer fait parler de lui un peu plus tard dans la revue Omnia de 1906. Poursuivant son idée de moteur horizontal (et transversal), il avait ajouté un autre cylindre en symétrie du premier, formant ainsi un flat-twin, mais cette fois il l’installait dans un plus raisonnable tricycle. Omnia ne fait mention que d’un « brevet américain ». Ouf !

Butikofer365-copie-2

Butikofer 2367

Par zhumoriste - Publié dans : ARCHIVES PRÉ-1914
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Vendredi 12 août 2011 5 12 /08 /Août /2011 19:58

Filles les 6 En solos ou en sidecars, les dames tiennent leur place au Fanakick Club. De gauche à droite : Laurence (Honda CBR 600), Christine (B.M.W.) et Céline (Yamton) sont des Fanakickeuses en sides, puis Francine (Terrot), Brigitte (Yamaha) et Laura (Ducati) défendent leur réputation en solos.

yamton sidecar

Dans la famille Gilbert, tout le monde roule et Céline occupe le panier emmené par la Yamton de son père (cadre Norton, moteur Yamaha twin XS, fourche type Earles).

Morini 125

Pour ne pas oublier une vieille marque qui est dans la tempête aujourd'hui...

Deuche 3 roues

Un cyclecar trois-roues à moteur Deudeuche qui tourne - tranquillement - au milieu des sidecars, ça n'est que chez les Fanakick(s) qu'on peut voir çà ! En plus son pilote et constructeur venait de Grande-Britannie. Quelqu'un vient de dire : bien sûr ?

    Triumph moyeu suspendu   Bien caché entre couronne arrière et plaque de numéro, l'inattendu moyeu suspendu d'une Triumph qui fit son petit effet dans les années 50 mais sans vraiment convaincre.

 Ducati démarrage    Encore un Anglais (établi dans le Limousin, quand même !) qui a trouvé la bonne formule pour ne pas s'éreinter à démarrer sa Ducati. Recette : la voiture est placée sur une chandelle (côté gauche), Madame Suzan est au volant et démarre le moteur puis passe une vitesse, la roue en l'air de la voiture tourne et entraîne celle de la Ducati sur béquille que chevauche Mickael. Succès garanti à chaque fois. CQFD ! 

   Monet GoyonCasquette (regrettable, le bérèt français devrait être obligatoire au Fanakick) mise à part, on se croirait revenu 3/4 de siècle en arrière (Monet-Goyon à moteur Villiers 147 cm3 monocylindre deux-temps)

Alcyon Hugo 2Hugo était le plus jeune (et de loin) des engagés sur son 100 Alcyon deux-temps très spécial, et si les p'tits cochons ne le mangent pas on devrait en reparler un jour...

Terrot FrancineTout le "Team Francine" s'affaire sur la Terrot culbutée de Madame.

Cedric RDLC

Cédric s'amuse à faire des misères aux TZ avec sa Yamaha 350 RDLC, genre avion de chasse qui ne paye pas de mine et semble sortie tout droit d'un film genre "Mad Max".

BSA trouée

Une BSA Sloper qui est passée dans la machine à gruyère (André Massaut)

 BSA Side fatigué

Ce sidecar BSA 500 Star Twin a commencé sa carrière sur l'herbe des circuits de grass-track d'Outre-Manche, d'où son minuscule (relativement) réservoir.

                      BSA side moteur          Les cicatrices et les médailles d'une "mémère" qui en veut toujours !

Fillette sie

Petite pause pendant l'initiation au sidecar pour les enfants

Gamins-sous-l-orage.jpg

L'orage menace mais maintenant qu'ils ont l'équipement rien ne les découragera !

Side Laurence bleuLaurence aux commandes du sidecar Honda CBR 600 conjugal

Motobek courseAu Fanakick, tout le monde a droit à la piste (sous réserve d'approbation de l'organisation). Si vous avez besoin qu'on vous dise la marque de cette... bécane, c'est que vous vous êtes égaré dans ces pages.

                                                                                                          Gailhac-Nobre-copie-1.jpg                                             

Responsables de ces débordements, François (barbu), José et Jeannot vous disent :

À L'ANNÉE PROCHAINE !

 
Par zhumoriste
Voir les 0 commentaires
Samedi 13 août 2011 6 13 /08 /Août /2011 17:45

Depuis la parution de "La Motocyclette en France 1894 -1914" qui répertoriait plus de 340 marques de motos françaises avant 1914, de nouvelles découvertes permettent d'enrichir cette liste. Cette rubrique va augmenter les connaissances sur une période qui fut sans doute la plus passionnante de l'histoire de la moto.  

(nota : les marques déjà répertoriées dans le livre sont suivies d'une astérisque). 

A.B.C.

Rien à voir avec les ABC de l'après-guerre 1914/1918. Ces A.B.C. là étaient construites par les Ateliers Balestibeau, rue Michel-de-Montaigne à Castillon-sur-Dordogne, en Gironde. (A.B.C. = Ateliers Balestibeau Castillon ?). Autant qu'on puisse en juger par la mauvaise illustration du catalogue consulté (non daté), les moteurs étaient des Zedel ou Amstoutz. Ces derniers sont aussi connus sous les initiales A.Z. ou la marque Mirus. Balestibeau était agent de Mototri Contal et avait aussi à son catalogue des voiturettes, un tri-voiturette S.A.F. (moteur, changement de vitesse et embrayage métallique S.A.F.), des bicyclettes et des machines à coudre. Il réalisait aussi "sur commande, canots de course de 100 HP et au-dessus". D'après les prix affichés, cette production se situerait aux environs de 1904-1905.

       A.B.C. Balestibeau374

A.B.C. *

La première A.B.C. anglaise possédait un moteur 400 cm3 flat-twin longitudinal, une disposition alors en vogue (influence du moteur Douglas ?), mais c'est la version suivante à moteur transversal qui fut choisie par le constructeur français pour une production sous licence. Néanmoins quelques modifications importantes furent rapidement appliquées dont les plus visibles sont l'adoption d'un kick-starter et d'une dynamo.

ABC 1913391Instructive carte postale d'époque présentant un atelier français de mécanique du début du XXème siècle et, surtout, une A.B.C. avec un flat-twin longitudinal, donc production anglaise. Curieusement, on retrouve son immatriculation 2215 W1... 

ABC 1913 gros plan391... sur la machine détaillée ci-dessous et photographiée dans la cour des Ets Gnome-Rhône. On suppose donc que le flat longitudinal était présenté à tour de rôle chez les agents parisiens d'A.B.C. à titre publicitaire, mais c'est le flat transversal qui sera la base de l'A.B.C. "française".

ABC 2215 usine G-R396

                               ABC anglaise392            Version anglaise ci-dessus et version française ci-dessous (elle est connue pour être une des dernières vendues en France) qui présente, entre autres différences, une dynamo - si l'option électrique n'est pas présente, le carter sert de boîte à outils - et un kick-starter de démarrage qui ont nécessité un nouveau dessin de boîte (Collection  de François-Marie Dumas).

 ABC Dumas393

Ci-dessous, la machine complète présentée en septembre 1921 où sa mise en vente va commencer. Manque sur la boîte le câble de commande du compteur de vitesse (option).

ABC 1921 Salon455

ACTION

Marque déposée par Alcyon mais qui ne semble pas avoir été exploitée, du moins dans le domaine motocycliste.

ADER *

Au Salon de Paris 1903 est présentée une Moto Cardan équipée d'un gros moteur bicylindre en V transversal de marque Ader à soupapes automatiques. Comme le nom l'indique, la transmission est assurée par un arbre avec un cardan. Pas de commercialisation connue, au contraire des Moto Cardan à moteur monocylindre (Photo La Vie Automobile, 19 décembre 1903). On connaît au moins un moteur Ader bicylindre en V qui a survécu.

Ader bis404

Ader en V moteur489

Ader 1904 VA

A. GAUTHIER

Motocyclettes A. Gauthier, à Vesly (Eure). Selon publicité : "1er au kilomètre en côte et en palier à Dourdan et Gaillon. 1er au classement général en Classe Touriste". Aucune trace de ces performances dans la presse de l'époque, d'autant que leur date n'est pas indiquée (1905 ?). Ne pas confondre avec Paul Gauthier, constructeur à Tours de l'Auto Fauteuil.

AIGLON *

Trois modèles différents en 1904, tous avec moteur Mirus. N° 1 à soupape automatique, 240 cm3, allumage accu-bobine. N° 2 à soupapes commandées (latérales), carburateur Mirus. La N° 3 offre une poulie-motrice de gros diamètre avec démultiplicateur dans le moyeu arrière - 1905 : quatre machines toutes avec moteur Mirus à soupape automatique ou commandées (latérales). Les carburateurs sont des Longuemare. Le modèle à démultiplicateur a disparu.

1906 : apparition d'une 4 HP bicylindre en V à soupapes automatiques. Carburateur Grouvelle.

Aiglon 1904 catalogue380

Aiglon 1904 n°1375

Aiglon 1904 n°2376

Aiglon 1904 n°2 bis377

Aiglon 1904 n°3378

Aiglon 1904 n°3 bis379

Aiglon 1905 catalogue381

Aiglon 1905 modèle 1382

Aiglon 1905 modèle 2383


Aiglon-pub-n-B386.jpg

1906

Aiglon 1906 modèle 1384

Aiglon 1906 modèle 3385 Voir complément du 18 décembre 2011 : Aiglon-Clément ou Clément-Aiglon ?

Par zhumoriste - Publié dans : ARCHIVES PRÉ-1914
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Lundi 15 août 2011 1 15 /08 /Août /2011 15:26

Ajasson de Grandsagne

Ajasson de Grandsagne387

La seule mention qui est faite de cette marque pourtant présente dans un Salon se trouve dans Le 'Catalogue des Catalogues' de 1914. Le nom d'Ajasson de Grandsagne réapparaîtra au lendemain de la Grand guerre, associé à celui de la marque Moto-Bijou.

Fonctionnement du 'débrayage' de l'Ajasson : le moteur est fixé au cadre par une oreille articulée sous le carter. Le levier vissé sur la culasse fait pivoter d'avant en arrière le moteur provoquant un relâchement (débrayage) ou tension (embrayage ) de la courroie de transmission.

Albatros (L') *

             Albatros-Dames-1909.jpg                Comme de nombreux autres constructeurs, Henri Billouin présentait à son catalogue un modèle "Dame" équipé d'un moteur A.Z. (Amstoutz) de 1HP 1/2 (62 mm d'alésage x 67 mm de course) à soupape automatique. Carburateur Vaurs ou Longuemare. L'appellation "Dame" se justifiait, outre le cadre spécial, par un filet protège-jupe et un carter protecteur de chaîne. Représentant multi-marques, H. Billouin puisait dans le vivier des fournisseurs en "Pièces détachées & accessoires de fabrication soignée & garantie", florissant dans la région de St-Étienne. Ce qui lui permettait de se proclamer " Fournisseur du palais de l'Élysée, des Corps constitués de l'État, du Cercle militaire de Paris, des ministères de la Guerre, de l'Agriculture et des Grandes Administrations". Rien de moins !

Albatros (L')

En 1904 - 1905, Claude Chevrolat présentait une autre marque L'Albatros établie à Lyon. Sa machine était équipée d'un monocylindre Givaudan, motoriste lyonnais auquel plusieurs nouvelles marques firent appel dans leurs débuts. Au premier rang desquelles on trouve Terrot. Les éléments dont on dispose ne permettent pas d'affirmer que ces deux Albatros forment une même "couvée". Et il serait téméraire d'affirmer le contraire...

L-Albatros-Givaudan397.jpg

L'Albatros Givaudan PUB398

O'Galop

 Humour publicitaire (grinçant) sur un thème toujours d'actualité...

Dessin O'galop407

Le dessinateur O'Galop, de son vrai nom Marius Rossillon (1867 - 1946), était un collaborateur des plus célèbres publications satiriques de son époque comme Le Rire, Le Charivari, le Cri de Paris et aussi, dès 1894, de la revue spécialisée Le Cycle. Ceci explique sa parfaite connaissance des machines qu'il dessinait dans les journaux (ici L'Automobile, de 1905) ou dans des publicités et des affiches. Il est connu dans le monde entier grâce à un personnage qu'il a créé : Bibendum ! Il fut également un pionnier du cinéma d'animation et écrivit de nombreux livres illustrés pour enfants.

Par zhumoriste - Publié dans : ARCHIVES PRÉ-1914
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 15 août 2011 1 15 /08 /Août /2011 17:02

Extraits du rapport sur l'Exposition Universelle Internationale de 1900

À propos de la bicyclette à pétrole Werner (moteur sur la roue avant) : "Cet appareil monté par un cavalier habile a donné de bons résultats, même dans des courses assez longues sur des itinéraires des plus durs (1899 : Paris-Bordeaux, 550 km en 12 heures; 1901 : Paris-Berlin, 1898 kilomètres; 1901, Paris-Roubaix, tandems à l'alcool). À l'annexe de Vincennes, dans la section allemande, une bicyclette analogue, presque semblable, a été exposée par la maison Duchemin".

C'est dans ce rapport que figure la seule mention d'une machine allemande "presque semblable" à la Werner. Mais le manque de qualification et de connaissances des auteurs - ils assistaient aux balbutiements de l'ère motorisée, ne l'oublions pas - laisse largement place au doute sur les descriptions techniques qu'ils donnent. Ainsi écrivaient-ils ceci au chapitre concernant les tricycles et quadricycles : "On pourrait aussi adopter la forme du tri-porteur avec roues motrices (!) sur l'avant-train (!!) mobile portant la charge. Ces tri-porteurs automobiles, qui coûtent environ 2000 francs, nous paraîtraient utiles aux petits commerçants pour leurs livraisons. Un coin dans l'arrière-boutique suffit pour les loger et un gamin (sic) peut faire les courses".


Par zhumoriste - Publié dans : ARCHIVES PRÉ-1914
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 15 août 2011 1 15 /08 /Août /2011 19:49

Dysko vertical

Le fonctionnaire de la Préfecture d’Angoulème qui le 13 juillet 1929 a signé le récépissé de circulation n° 1883 autorisant une moto à rouler ne s’était pas donné la peine de sortir dans la rue pour voir la machine en question. Au cas contraire, il serait sans doute revenu sur sa décision car cette moto était… en bois ! Pas entièrement car elle avait un moteur – un Voisin à soupapes latérales - et des roues, mais hormis ces « accessoires », tout le reste était en vrai bois d’arbre. C’est que, lorsqu’on s’appelle Charron et qu’on est charpentier – ça ne s’invente pas – il est bien naturel de mettre son savoir, voire son talent, à contribution. Sa 5 CV est tout à fait conforme...   

 Dysko Charron réservoir

...aux canons de fabrication des années 20/30 avec sa fourche de type Druid à ressorts latéraux. Elle montre quelques innovations tel un coffre derrière le garde-boue arrière tandis que la trousse à outils prend place entre les deux parties du réservoir. Paul Charron utilisera jusqu’à la guerre sa Charron immatriculée 4228 DB qui, par erreur, deviendra 4221 DB à la Libération lorsqu’une nouvelle autorisation de circuler « pour les besoins de sa profession » lui est délivrée en 1945. Elle roulera jusqu’à la fin des années 50 avant d’être léguée à un ami en 1961. 

      Guidon-BON.jpg

Le guidon - en bois - qui porte toutes les manettes métalliques de commande a dû être renforcé en son milieu par une plaque de cuivre, résultat d'une malencontreuse rencontre avec une 4 CV Renault. Pour l'entretien, surtout pas de lessive et encore moins de Karcher !    

Dysko-profil.jpg 

Dysko-Fourche.jpg

Si vous voulez voir cette Charron de près, même de très près, vous pouvez la louer et l'exposer dans votre salon ou, plus raisonnablement dans une vitrine si vous en avez une. Vitrine commerciale, s'entend ! Ainsi lorsque j'ai fait ces photos, elle revenait d'une exposition dans le magasin d'un... encadreur de tableaux. Et si vous êtes assez persuasif(ve), peut-être que le sémillant Jean-Pierre himself viendra faire de la figuration intelligente avec sa machine (c'est lui qui est sur la première photo en haut). Pour tous renseignements : motobrocjp@hotmail.fr    

Dysko-rangee.jpg

Par zhumoriste
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 16 août 2011 2 16 /08 /Août /2011 18:01

Criquet-moto.jpg

Bien mieux que le bout de carton qu'on coinçait dans les rayons d'un vélo pour imiter le bruit d'une moto : un jouet à 2 balles mais qui ne se trouve plus que chez les brocanteurs (voire chez les antiquaires !) aujourd'hui.

Par zhumoriste
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 18 août 2011 4 18 /08 /Août /2011 15:11

      Gnome 175

Petits problèmes d'allumage (comme à l'époque) sur la 175 Gnome-Rhône L 53C de Michel Baptiste. En 1956, Court et Dagan sur une Gnome-Rhône remportait la victoire au Bol en 175 Course à 95,781 km/h. Ce qui valut à la marque la distinction particulière et officielle immortalisée par l'autocol... (aie ! pas sur la tête !) la décalcomanie ci-dessous.

Gnome décalcomanieGilera 150 en panne

Autre souci pour cette 150 Gilera Turismo (1953), élégante culbutée qui s'obstine à ne pas démarrer alors qu'elle est en pré-grille. Les compétences ne manquaient pourtant pas réunies à son chevet et autour de son pilote Denilo Papa...

      Awo 425  

Pas facile de voir comment fonctionnent les AWO 425 RS (Awtowelo) de l'ex-Allemagne de l'Est : monocylindres double arbre à cames en tête actionnés par chaîne, ce sont en réalité des 250. Bien loin des modèles de série qui étaient de bien braves culbutées pompées sur les BM.W. d'avant -guerre. Leur carénage alu "à cloche" (a campana, par les Italiens) ou "poubelle" (dustbin, par les Anglais qui étaient contre, les jugeant déloyales) est typique des années 50.

AWO

      Duhamel Yvon-copie-1

 

En habit de lumière dans le studio de campagne du photographe Jean-Pierre Pradères, le champion des G.P. Yvon Duhamel, le plus populaire des Canadiens en France depuis Robert Charlebois.

      AJS 7R

De 1948 à 1961, la 350 AJS 7 R rivalisa avec les Norton aux mains les plus célèbres pointures britanniques dont Bill Lomas, Bob McIntyre, Jack Campbell, Fergus Anderson et... Mike Hailwood ! Apparue en 1948, elle évolua en permanence, passant de 31 à 41 CV grâce aux soins éclairés de préparateurs doués. En France, elle se tailla un superbe palmarès que signèrent de nombreux pilotes dont Georges Monneret et son fils Pierre (Collection Colin Goode).    

Épinette Vosges

L'épinette vosgienne, genre de harpe portative à cinq cordes, charmait les oreilles des visiteurs du Club Ural (d'où la casquette soviétique du musicien...)

Guzzi haerri

Ingénieur suisse, Paul Haerri trouvait que sa 250 Guzzi Gambalunghino R de 1949 manquait un peu de personnalité. Alors il s'est pris par la main et outre quelques pièces taillées dans l'alu (ci-dessous : pédale de sélecteur, commande de l'embrayage, boitiers des renvois d'angle de l'ACT, haubans de cadre arrière, etc), il a coiffé le cylindre d'une culasse desmo de Ducati (what else ?).                              Guzzi Haerri 2

CZ 4 cylindres droit

CZ est une marque mondialement connue pour ses succès en moto-cross avec de gros deux-temps qui ont occulté des machines de circuit très originales, des 125, 250 et 350 toutes avec double ACT. La plus prestigieuse est une 350 à 4 cylindres en V à 90° que son créateur, l'ingénieur Frantisek Pudil eut bien du mal à maintenir en état compétitif de 1969 à 1972. Par exemple, il fallut s'adresser à Helmuth Fath pour obtenir des ressorts de soupapes (4 par cylindre) en acier de bonne qualité : gain immédiat, la limite d'affolement des soupapes fut repoussée de 15 000 à 18 000 tours/minute, le reste à l'avenant ! Le poids de cette 350 était son gros handicap, l'usage du magnésium, matériau stratégique dans la Tchécoslovaquie de l'époque, lui étant interdit. Ainsi, avec ses 140 kg elle rendait une vingtaine de kilos à sa rivale MV. Gagnante de multiples G.P. dans les pays de l'Est, le meilleur classement de la CZ au niveau international fut une seconde place derrière la Yamaha de Teppi Lansivuori au G.P. de Tchécoslovaquie 1971. Trois exemplaires en 350 furent construits et l'un deux a été réalésé en 420 cm3 afin de pouvoir courir en 500. C'est, semble t'il, cette version 1972 qui a été choisie pour les deux "replica" présentées à Dijon par Vrastislav Hromadko et Miroslav Tuma.

                              CZ 4 cyl

                                                      Chien à casquette Est-ce que quelqu'un pourrait me dire ce que je fous là, moi ?

Guzzi-Dondolino.jpg

De 1948 à 1951, la Guzzi 500 Dondolino, une "compé-client" culbutée de 33 ch (170 km/h et 130 kg) remporta de multiples victoires dans tous les pays européens, à commencer par l'Italie, bien entendu. Le coureur français Jean Behra fut champion de France 1948 à son guidon et restera fidèle à Guzzi, renouvelant son titre en 1949, 1950 et 1951 mais avec une Gambalunga, version "usine" dérivée de la Dondolino (collection Colin West). 

Brough latérales

La marque qui bat tous les records de vente (aux enchères...) ne pouvait pas être absente de Dijon. Le Zhumoriste a porté son choix sur une SS 80, la 1000 "simplement latérale", mais avec la finition et toutes les luxueuses caractéristiques qui ont fait la réputation des motos de Monsieur George.     

Clairon

Depuis la nuit des Temps, Christine "Claironnette" suit Bruno "Clairon" sur leur basset B.M.W. Cette année ils ont remporté la Coupe du Couple, juste ce qui leur manquait dans la collection de vieilleries qui décorent leur bistrot-restaurant parisien Le Clairon, sis à la Porte des Lilas.     

Gilera Masetti 2

Première gâchette chez Norton à qui il avait apporté les titres mondiaux 350 et 500 en 1951, Geoff Duke fut accusé de trahison lorsqu'il passa chez Gilera, autrement dit l'ennemi absolu, champion du monde 500 grâce à Umberto Masetti (en photo, son fils Nello). Dès son arrivée Duke fait apporter des améliorations au 4 cylindres italien sur la partie-cycle particulièrement. Il est champion du monde en 1953, 1954 et 1955. Gilera est encore titré en 1957 avec Libero Liberati avant que ne commence l'ère John Surtees avec les M.V. 4 cylindres, éternelles rivales.  

Gilera moteur

C'est sur une 4 cylindres Gilera 500 double ACT que McIntyre franchira pour la première fois le "mur" des 100 mph au Tourist Trophy de 1957, signant 162,082 km/h sur un tour. À la fin de cette même année, Gilera se retirait officiellement de la compétition mondiales comme l'avaient fait déjà les usines Mondial et Guzzi, signant la fin d'une épique époque furieuse !    

Enfield Diesel

Enfield diesel : beau comme une tondeuse à gazon, mais beaucoup plus silencieux... 

                                Follis 250 NSU Max

Moteur Ydral, Sachs, JLO (twin), Sotecma ou Gnome-Rhône, le deux-temps avait la faveur de Follis. Qui cependant s'aventura parfois dans le domaine des soupapes. On oubliera la burlesque tentative de résurrection d'une machine équipée d'un Chaise culbuté né à la fin des années 30, alors que cette 250 vue à la Bourse de Dijon motorisée par le Max à ACT de NSU (18,2 ch) mérite l'attention. Peu connue car peu diffusée cette FAX 250, tel était son nom, avait la même partie-cycle que celle équipée du twin JLO de 16 ch et dénommée LYS 250. En 1954, une 250 à moteur AMC était exposée au Salon de Genève. Elle ne semble pas avoir connu un meilleur sort commercial que la FAX... 

Vincent-Raspoutine.jpg

Il n'existe pas de réunion de motos anciennes sur les deux rives de la Manche qui puissent se tenir sans la présence de "Raspoutine" pilote aussi célèbre pour son système pileux à géométrie variable que pour sa 1000 Godet-Egli-Vincent qu'il mène aussi bien sur une route de tous les jours que sur une piste. 

Par zhumoriste
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires

Présentation

Recherche

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>

N'oubliez pas que...

... en inscrivant votre e-mail dans la case ci-dessous, vous serez prévenu instantanément par un message dans votre boîte de la parution d'un nouvel article. 

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés