Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 16:54

C'est juste pour vous aider à bien commencer la semaine de boulot ! Quelques images énervantes pêchées au hasard du ouèbe. On démarre avec une Laverda et non pas une mais deux demoiselles du cinéma italien. Et pas n'importe quel cinéma puisqu'il s'agit de...

perche-quelle-strane-gocce-di-sangue-sul-corpo-di-Jennifer.jpg... "Perché quelle strane gocce di sangue sul corpo di Jennifer ?" qui débute par "une bien belle scène de meurtre au rasoir dans un ascenseur" nous apprend le site d'un spécialiste des gialli (http://inisfree.hautetfort.com/index-9.html). Ces films qui mélangeaient le polar, l'horreur et un érotisme forcément soft vu l'époque, furent un fructueux fonds de commerce dans l'Italie des années 70. L'intrigue de ces étranges gouttes de sang sur le corps de Jennifer est surtout le prétexte à filmer sous tous les angles ladite Jennifer dont la plastique est à la hauteur de son rôle...

edwige-fenech-bloody-iris1.jpg... et je ne m'avance pas sans biscuits car il s'agit d'Edwige Fenech que tout homme normalement constitué doit connaître s'il a été adolescent il y a... plusieurs décennies (hélas ! ). On a pu l'admirer dans 73 films entre 1967 et 1988, dont ce "Jennifer" qu'a signé Giuliano Canimeo, son compagnon de l'époque (1972). Elle était vouée aux œuvres avec des titres "à ressort" tel ce "Quel gran pezzo della Ubalda tutta nuda e tutta calda" ou encore "Il tuo vizio è une stanza chiusa e solo io ne ho la chiave" que je vous laisse traduire.laverda-750-N-3298397699_4e6a546e05_z-copie-1.jpgQue vient faire la 750 Laverda SF là-dedans ? Pas grand chose dans l'intrigue à part figurer lors d'une séquence photo en studio. C'est aussi l'occasion d'assister à la mise en peinture de deux demoiselles qui outrepassent ainsi la mode des chemisiers et corsages transparents (la minirobe de Jane Birkin !). Noter que si les chemisiers sont en vraie peau, les shorts sont en textile, donc inutile de sortir une loupe pour en voir plus...

Ducati-750-er-pin-up.jpgMais sait-on si ce film n'a pas inspiré l'artiste photographe qui a réalisé cette publicité pour Ducati et sa 750 des mêmes années...

En inscrivant votre adresse mail dans la case "newsletter" en bas de la colonne à droite, vous serez immédiatement informé de la parution d'un nouvel article. C'est absolument gratuit ! 

Repost 0
Published by zhumoriste
commenter cet article
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 18:06

On retrouve nos amis les Celmar's (deux Marcel, dans l'intimité) toujours fidèles à C.P. Roleo mais avec une machine nouvelle, ou du moins son moteur. Ils ont abandonné le Staub bloc-moteur à soupapes latérales pour un nouveau Staub (date de sortie + ou - 1929 ?) qui nécessite une boîte séparée.

1929-CP-Roleo-Celmar-s049.jpgLa maison Staub n'étant pas avare de documents publicitaires, en voici un qui fournit de nombreuses indications plus ou moins utiles. Il montre surtout la souplesse pour ne pas dire la versatilité d'un motoriste français qui sait s'adapter à la demande. Une attitude courante chez les spécialistes du deux-temps mais qui l'est moins - sauf si l'on s'appelle Anzani ou JAP - lorsqu'on aborde le quatre-temps, fut-il à soupapes "simplement" latérales. 

Staub laté gauche cotes078La signification des lettres portées sur les dessins se retrouve dans les tableaux ci-dessous. À toutes fins utiles...

Staub-late-cotes-encombrement-A-a-D.jpg

Staub-late-cotes-encombrement-E-a-H.jpg

Staub-late-cotes-encombrement.-J-a-M.jpg

Staub-late-droit-cotes078.jpg

Demutiplication-Staub.jpg

Staub laté face cotes078Il est vrai que la clientèle éventuelle ne se cantonnait pas seulement à la motocyclette. Le moteur fixe a encore de beaux jours devant lui (générateurs électriques, pompes, etc), et le monde du machinisme agricole - plus ou moins lourd - restera lui aussi demandeur pendant quelques décennies.

*

m_223506969_0.jpgDébut juin 1929 cette C.P. Roléo était immatriculé à Paris et région parisienne. C'est le côté gauche de celle dont la photo côté droit a paru dans le précédent article C.P. Roléo (1/10/2013). La transmission par arbre est ici clairement visible, et sa position "basse" trahit une économique vis sans fin et non un véritable "pont" à pignons côniques. Il suffisait alors de monter entre la boîte et l'arbre un accouplement souple assez sommaire (croisillon noyé dans le caoutchouc). Le haut-moteur culbuté à deux échappements parait être celui d'un L.M.P. (voir photo de l'article précédent).

LE MOTEUR MYSTÈRE

Staub-cardan-profil-gauche186.jpgToujours plein de surprises, les catalogues Staub dont celui-ci qui présente un bloc-moteur Staub, dit "à cardan" (alors que de cardan point). Mais l'arbre, lui, est présent sur ce bloc qui n'a rien à voir avec celui qui figure sur la machine photographiée ci-avant. Dans ce dernier cas, il pourrait s'agir de l'ensemble Bridier-Charron, autre spécialiste français des transmissions "à la demande". On retrouvera ce montage chez nombre d'autres marques.

Staub-cardan-dessus-186.jpgPlein d'égards pour ses clients, Georges Staub donnait même les cotes des cannelures de l'arbre de transmission côté sortie de boîte. Ce moteur existait aussi en version à transmission par chaîne avec pour seul changement un carter enfermant le pignon de transmission finale. On remarque que, contrairement à la pratique de Staub, son nom ne figure pas sur les carters de ce moteur qui n'a peut-être pas dépassé le stade de la table à dessins ou d'une illustration de brevet. Il faudrait aussi rechercher du côté des constructeurs de triporteurs (ou trimoteurs, selon la terminologie de l'époque), qui connurenr un regain d'intérêt au milieu des années 30.

1930 - 1932 EXTINCTION DES FEUX...

1930-x-Roleo-6-Jours-pu986.jpgLa saison d'endurance française commence traditionnellement par les Six Jours d'Hiver qui permettent de conforter un palmarès à peu de frais, ou presque, car les qualités physiques des pilotes ont au moins autant d'importance que la fiabilité de leurs machines. Renaud qui fut la vedette de C.P. Roleo étant passé chez d'autres marques, on le retrouvera en 1930 au Bol d'Or sur Ravat 600 sidecar puis sur Clément (Berceuse) et enfin chez l'éphémère Marvel au curieux moteur horizontal. Il a été remplacé par Hémet et Maury, deux hommes fortement impliqués puisque l'un d'eux, Maury, est "agent direct" du constructeur de Courbevoie au 141 avenue Jean-Jaurès à Levallois-Perret, commune limitrophe de Courbevoie.

1931 CP Roleo Maury left & HémetMaury (à gauche) et Hémet figuraient en bonne place dans le "trombinoscope" que Moto Revue publiait régulièrement à l'occasion de Paris - les - Pyrénées - Paris.

La suite de l'histoire de C.P. Roleo ne se lit plus qu'au travers des classements des diverses épreuves au long cours alors que les annonces publicitaires de 1930 se font de plus en plus rares pour ne pas dire absentes. Retour de Maury et Hémet en 1931 dans Paris-Nice (35 concurrents classés ex-œquos) puis de Maury (350 solo) seul en Juillet dans Paris - les Pyrénées - Paris. Un autre agent C.P. Roleo est 1er ex-œquo des 500 dans cette dernière épreuve. Il s'agit de Jean, motoriste au 11, boulevard du Havre à Montigny-lès-Cormeilles).

1931 CP Roleo pub Armist989En novembre 1931, Moto Revue publie cette annonce 1/4 de page d'où le nom de Roleo a disparu. C'est, sauf erreur, la dernière fois que le nom de Maury figure accolé à celui de la marque dont il était l'agent. Il a gagné sa médaille d'or en 250 grâce à son temps dans la côte de Lévy-Saint-Nom, battant Bila sur une AJS.     

 1930-x-Staub-Staub-droit982.jpgLes moteurs Staub continuent à figurer sous forme de magnifiques dessins dans les pages rédactionnelles des revues spécialisées. La marque C.P. Roleo disparaît de l'horizon motocycliste, jusqu'à 1933 où elle s'affiche à la rubrique "Faillites"...  

1930-x-Staub-Staub-gauche981.jpg

1931-Pub-C.P.-dans-M.C.F.jpgL'une des dernières, sinon LA dernière, des publicités C.P. Roleo illustrée par des photos des machines. Celles-ci n'ofrent guère de changements. Cependant on remarque que le bloc-moteur Staub (dessin à gauche) semble être d'une architecture encore différente de celles déjà connues (pas de meilleur document disponible). Cette annonce d'une page entière a paru dans la Revue du Motocycle Club de France, sans doute début 1931.

COMPLÉMENT EN IMAGES 

1932-1937-CP-Roleo-pompiers-891.jpgDans une lointaine vie antérieure, un généreux correspondant (La Vie de l'Auto ? La Vie de la Moto ?) m'avait envoyé deux photos dont j'ai fait un double. Elles concernent C.P. Roleo en liaison avec la Ville de Levallois-Perret. Celle-ci bénéficiait d'un service incendie équipé d'un sidecar moto-pompe à la marque bien reconnaissable grâce à sa fourche avant.  

1932-1937-CP-Roleo-pompiers-2892.jpgPlus aucun doute sur la moto avec ce document qui, autant qu'il m'en souvienne, est le portrait d'un parent de ce correspondant dont je n'ai, bien sûr, pas noté l'adresse. S'il se reconnaît, mille mercis et reconnaissance éternelle à lui !

... ET CECI QUI N'A RIEN À VOIR, SAUF QUE...1935-CP-Roleo-LMP.---chien.jpgC.P. Roleo n'existe plus, mais elle se vend encore bien puisque l'immatriculation de ce modèle à moteur L.M.P. date de 1935. Mais il peut s'agir d'une occasion, quoiqu'elle semble bien neuve...

En inscrivant votre adresse mail dans la case "newsletter" en bas de la colonne à droite, vous serez immédiatement informé de la parution d'un nouvel article. C'est absolument gratuit ! 

Repost 0
Published by zhumoriste
commenter cet article
8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 13:34

Pin up SuzukiMaintenant que j'ai capté votre attention avec cette sportive déshabillée (naked roadster Suzuki 750 GSR), on peut continuer la visite par les choses qui sont censées être le principal sujet de ce blog. À savoir les motos plus ou moins anciennes qui soutiennent largement la comparaison avec... une GSR.

Magnat Debon ConchardPour cause de foule qui la rendait inapprochable, je l'avais ratée au Salon de Vincennes, mais la voici cette Magnat-Debon 1909 trônant en majesté sur le vaste espace dévolu à la F.F.M. Espace d'ailleurs bien mal utilisé. En effet, il recevait une poignée de motos de trial/enduro sur une superficie à peu près égale à celle où, à l'autre bout du Salon, s'entassaient deux douzaines de machines ayant connu la gloire aux mains de pilotes français. Mais cette dernière exposition était organisée par la F.F.V.E. alliée à l'assureur Club 14, L.V.M. / Moto légende et l'I.N.A. (Ce dernier a fourni des vidéos anciennes sur la moto qui passaient en boucle sur le stand). Une entente pour la bonne cause entre les deux Fédés aurait peut-être permis de donner un peu plus d'air aux Peugeot de Grand Prix, Nougier de même et autres Chevallier ou Guzzi de Charles Krajka. C'était sans doute trop demander. Moi, je dis ça, je dis rien...     

Peugeot 1913 Boulicot moteur gaucheLe stand F.F.V.E. de ce Salon permettait de détailler de tout près l'extraordinaire réplique réalisée par Jean Boulicot. Dix années de travail et de recherches, des milliers d'heures passées sur un tour et une fraiseuse (deux machines-outils presque ancêtres !) pour re-construire cette 500 Peugeot de Grand Prix 1914, bicylindre à 4 soupapes, cylindres borgnes, culasses hémisphériques et double arbre-à-cames en tête commandés par cascade de pignons logée derrière les cylindres. Comme a dit Jean Boulicot : "J'ai choisi de refaire le modèle le plus facile, celui qui n'a pas de boîte de vitesses"...

Peugeot 1913 NEW Boulicot droitDérivée des voitures Peugeot de Grand Prix, cette 500 n'apparaîtra que très brièvement dans une saison sportive 1914 écourtée pour cause de guerre mondiale. En l'absence de vitesses, elle peinait à suivre les Alcyon sur les épreuves de longues distances. Et longue distance, à l'époque ce n'est pas peu dire : 400 km soit 12 tours du Circuit de Fontainebleau, tracé sur des routes tout juste "rechargées" nous disent les gazettes, c'est à dire rempierrées et aplanies au rouleau compresseur... 

Peugeot 1913 Boulicot moteur droitDes trois Peugeot double ACT engagées à Fontainebleau, l'une aux mains de Péan, l'as de l'usine, abandonnera sur double rupture du cadre, une autre (pilote : Perrin) s'arrêtera au stand pour ne plus repartir. Seul à couvrir tout le kilométrage, et sous une météo excécrable, pluie et bourrasques de vent,  Desvaux arrivera au terme de la course après 7 heures 24 minutes 21 secondes et 4/5 passées en selle ! Ceci se déroulait il y a un siècle, rappelons-le. 

Marco & Alain 2013Devant une autre Peugeot de records, mais sur piste à Montlhéry (1934), Marco Raymondin trialiste et crossman à ses heures, fait son miel des explications que lui fournit Alain Grare (à gauche), collectionneur averti et aujourd'hui membre éminent de la F.F.V.E.

Peugeot GP 1924Peugeot et la compétition vécurent une longue histoire d'amour interrompue en 1926 avec cette dernière version de la 500 bicylindre. Après 10 ans d'évolution, son moteur est construit en bloc avec une boîte à 3 vitesses tandis que le haut-moteur ne comporte plus qu'un seul ACT entraîné par arbre et couple de pignons ainsi que deux soupapes par cylindre au lieu de quatre. 

Peugeot GP 1924 moteurC'est Jean Nougier qui a reconstruit cette Peugeot. À l'origine, il n'en avait que le moteur qu'il avait échangé "contre un joli petit tour" à Paul Torelli (ancien coureur des années 20 sous le pseudo de Oilter). Jean Nougier installa ce moteur dans une partie-cycle double-berceau de la Peugeot P 104 de tourisme dont il s'était aperçu qu'elle était étrangement semblable à celle de la 500 de G.P. 

Koehler 1000 droiteOrgueil du Musée de Rochetaillée, l'impressionnante 1000 Koehler-Escoffier que Georges Monneret fut le seul à réellement maîtriser. Quelques pilotes "modernes", Louis Oulevey entre autres, ont eu l'occasion de la piloter en côtes de "démonstration". Ils en gardent un souvenir mitigé et surtout admiratif des talents de notre Georges national. 

Koehler 1000 carbusMalgré ses deux pompes à huile, une de chaque côté du moteur, et des tubulures en nombre, le graissage était le point faible de cette 1000. C'est pourquoi elle excellait en courses de côte où si l'effort est violent, il est de courte durée.

Nougier 175 2 act 1955Cette 175 est la dernière qui soit sortie des Ateliers Nougier où, depuis la disparition du titulaire, quelques fervents de son œuvre - famille et amis - s'emploient à maintenir en état et à remettre en route certaines machines de cet héritage. Elle est la 7ème version (1955-1959) dans cette cylindrée qui avait remplacé les 125, catégorie interdite par une coalition de la Fédé avec quelques constructeurs français. Le cylindre ailetté et vertical le long du carter de distribution est un radiateur d'huile taillé dans l'alu. On a bien sûr affaire à un double-arbre (cette question !) avec commande par cascade de pignons. Les suspensions font appel à des éléments d'origine Terrot.

Nougier 175 2 act 1955 moteur gaucheLa magnéto d'allumage, précédemment située devant le carter-moteur a disparu, remplacée par un système batterie-bobine (ici la batterie a été retirée). À l'avant se trouve le réservoir d'huile du graissage à carter sec alimenté par de spectaculaires durits. Cette machine a été Championne de France 175 en 1955 en catégorie Nationale avec le pilote Jacky Onda et avec Henri Schaad en catégorie Inter. 

Costeux Nibart 2013 SalonDeux vieux copains qui communient dans la vénération des Aermacchi : l'un, Jean-Claude Costeux (à gauche), pour les avoir pilotées en course et l'autre, Alain Nibart pour les collectionner de façon compulsive, tous modèles, toutes années voire toutes couleurs et y compris celles qui ne sont pas "estampillées" Aermacchi...

Guzzi Krajka Salon 2013Encore une Championne de France avec cette 250 Guzzi Airone Sport, pilotée et préparée par Charles Krajka, le gourou de ces italiennes qu'on ne présente plus. Dans sa folle jeunesse, il écuma les circuits nationaux et inters, d'abord en sidecars (Matchless) puis en solo. Ensuite, devenu un gros concessionnaire de Moto Guzzi, il fera aussi courir des p'tits jeunes (plus ou moins) dans les épreuves d'endurance dont le Bol d'or où il paya volontiers de sa personne. Il défendait bec et ongles sa marque préférée avec parfois des arguments qui laissaient coi : lors d'un Bol d'or (au Mans, c'est pas d'hier) alors qu'une Guzzi rentrait au stand pour n'en plus repartir, il expliquait cet abandon aux curieux par un laconique "Elle a avalé la tige de sa jauge d'huile...". Défense de rire.

Indian bleueComment dit-on en anglais "Quand les chats ne sont pas là, les souris dansent" ? Ce devait être l'air à la mode chez Victory et Indian lorsqu'ils ont appris que Harley-Davidson bouderait ce Salon. Comme ils avaient un peu plus de place, ils en ont profité pour exposer cette superbe 1200 Chief des années 40/50.    

Indian new moteurAu lendemain de la guerre, la mode motocycliste voulait, entre autres, des moteurs lisses et arrondis de partout afin, disaient les gazettes "qu'on puisse les laver au jet d'eau". Du coup, ils ressemblèrent à des deux-temps ! Un demi-siècle plus tard, Indian revient sur scène avec un twin culbuté qui a été voulu ressemblant à un latéral... Une erreur què'que part ?

Indian-culbuteurs.jpgIl est vrai que s'il avait eu la forme extérieure d'un moteur culbuté, cet Indian "new look" aurait ressemblé à un... Harley. Fatalitas !

Airbag policeFigurez-vous qu'en allant voir le site Helite Airbag sur le ouèbe, je suis tombé sur l'accessoire ci-dessous ! Sans doute un spam, ou un acte manqué, comme disait papa Freud. De fait, ce harnachement n'a aucun rapport avec le gilet airbag Police qui était accroché au portique du stand Helite. Quoique, à y regarder de plus près, il n'est pas impossible que la demoiselle soit en réalité équipée d'un pare-balles parfaitement à sa place dans le modèle Police. D'autant qu'il y a une évidente harmonie entre les différents volumes exposés. Enfin, moi je trouve... 

bb-des10.jpg... avec, néanmoins, une différence de taille : le gilet "Police" est gonflé à l'air, lui...

Enfield Himalaya bardetEspiègle comme pas deux, Jean Burdet exposait sa "concept bike" qui va le transporter jusque dans l'Himalaya à l'été 2014, attelé à une caisse de side. Afin de ne rien dévoiler à la concurrence, sa machine n'était qu'une silhouette découpée en contreplaqué. Cependant, l'affaire est assez avancée puisque le moteur est déjà choisi. Il sera pris dans la production d'une marque qui, désormais, trie aussi soigneusement ses concessionnaires que BMW ou Honda, avec l'œil fixé sur l'impératif "premium", un mot magique venu tout droit des "créatifs" de la publicité. Un mot que ne connaissait pas bien jusqu'ici le monde motard. Il semble signifier que le motoriste qui prend la représentation d'une marque doit satisfaire aux exigences de celle-ci. À commencer par un compte en banque bien fourni et un engagement à exploiter un magasin concu par la marque en question, avec la même façade, les mêmes agencements intérieurs présentant les mêmes accessoires, les mêmes vêtements, etc. Bien sûr, pas question de vendre les machines d'une autre marque, qu'elle soit ou pas sur le même créneau. Sinon, c'est le peloton d'exécution ! La "pensée unique", ça n'existe pas que dans la politique, ça s'est propagé dans le commerce... Pas étonnant que certains aient renoncé à représenter telle ou telle enseigne, d'autant que celles-ci ne se gênent pas pour avertir le client de la perte d'exclusivité du magasin où il a acheté sa machine (exemple personnel vécu).  Enfield Himalaya Bardet bisCe moteur (vous suivez, là ?) ne sera d'ailleurs pas dépaysé sur les pentes de l'Himalaya puisqu'après un détour par la France il reverra son pays d'origine. On ne donne pas son nom pour ne pas lui faire de publicité gratuite... 

Scooter LML sidecar PrecisionEn attendant l'Himalaya, et si vous n'avez pas l'ambition de parcourir la planète, Heritage-Import propose ce scooter L.M.L. attelé à un mignon Precision, aussi élégant et racé que le classique Aiglon de la taille au-dessus (jean.burdet@heritage-import.fr)

Scooter XO2 pliéUne compression de César égarée au Salon ? Que nenni : c'est le scooter XO2, électrique comme il se doit et repliable après ablation de ses batteries. Avantage immédiat : il est bien moins cher qu'un César et vous pouvez aussi le poser au milieu de votre salon...voxan-wattman-dr-75677-8-zoom-article.jpgPour certains, cette Wattman était la révélation du Salon, encore de l'électrique et présentée sous la marque Voxan. 200 chevaux pour 350 kilos. Si c'est ça l'avenir de la moto qu'on nous propose...Pin up Kawa 2013Allez, on ne va pas se quitter sur une mauvaise impression... alors, il faut signaler que le stand Kawasaki était celui, parmi ceux de la bande des 4, qui était le plus élégant avec une vraie recherche dans le décor. En plus de ces jolies personnes, bien sûr.

 

En inscrivant votre adresse mail dans la case "newsletter" en bas de la colonne à droite, vous serez immédiatement informé de la parution d'un nouvel article. C'est absolument gratuit ! 

Repost 0
Published by zhumoriste
commenter cet article
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 16:22

by-S.Tafette-estafette.jpg                                                    (Photo ci-dessus : ForumAuto)

En conclusion de l'article (24-11-2013) sur la Renault 4L de Jacques Tati dans "Trafic", j'ai regretté que Renault (l'usine) n'ait rien fait de ce genre à l'époque, laissant le champ libre au Combi VW des zippies. Je ne connaissais que les bleues Estafette qui n'avaient rien de bien séduisant. Grosse erreur de ma part comme me l'a immédiatement fait remarquer "Fredo" dans son commentaire, me conviant à me rendre sur r2136.com, ce que je fis sur l'heure...  

Estafette-a-fleurs-52307.jpg... pour me montrer "Ce que nous en faisons", m'écrit-il, avec en ajout un "sans Renault" limite coup de bec (?) envers la Régie... Il est vrai que l'on trouve de jolies choses sur r2136.com et des réalisations que nouz'ôtres motards ne pouvont qu'apprécier. Les rideaux à fleurs, bien sûr ainsi que le Solex...

Estafette Motobécane... et encore plus cette "bleue" aux couleurs et aux armes de l'usine (ex) de Pantin, ce qui a de quoi nous tirer une ti'te larme.

Estafette-bar.jpgCes jeunes gens savent vivre et on peut leur envier cette Assistance Courses en forme de "Bar des Copains" qui ne peut malheureusement pas trouver son équivalent dans une réunion motocycliste. l'avantage de la voiture, c'est qu'il y en a toujours un - au moins - qui peut conduire. D'ailleurs, c'est souvent "une"... 

Jonghi-125-Estafette.jpgPas sectaire, r2136 ne méprise pas nos deux-roues et après le Solex, ce 125 Jonghi superbement restauré figure en majesté sur leur site.

Soleil-1257.jpgLes "Estaffeurs" aiment à se réunir dans de grands espaces comme les plages où ils semblent avoir un faible pour les couchers de soleil avec effets de contrejour. On leur dédiera donc le dessin ci-dessous paru dans le quotidien Le Monde. Lequel dessin, au passage, prouve qu'il y a dans ce journal au moins un dessinateur qui a de l'humour... 

Indegivrables-soleil185.jpg

(Sauf mention contraire, les photos de ce billet ont été "empruntées" à r2136.com)

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

En inscrivant votre adresse mail dans la case "newsletter" en bas de la colonne à droite, vous serez immédiatement informé de la parution d'un nouvel article. C'est absolument gratuit !

Repost 0
Published by zhumoriste
commenter cet article
29 novembre 2013 5 29 /11 /novembre /2013 17:04

LA VISITE CONTINUE, EN PASSANT PAR LA SUISSE !

En plus du coucou et des banques à comptes numérotés, la Suisse a produit des motos. Si on connaît les Condor, Motosacoche et autres Moto Rêve le cyclo-scooter AMI est peu connu pour ne pas dire méconnu. Il présentait des solutions originales...

Ami 2163... qui lui attirerait un joli succès aujourd'hui dans la circulation urbaine grâce à une maniablité remarquable (pneus de 8'). Il pouvait néanmoins permettre des voyages à l'écart de la ville, la preuve avec ces photos (en noir et blanc) d'un couple en duplex et qui ne se déplaçait pas avec simplement une brosse à dents et un peigne.

AMI scooterÀ sa naissance en 1950, l'AMI, qui ne s'appelait que Piccolo, était motorisé par un 50 quatre-temps à deux vitesses, le Cucciolo italien. Moteur original lui aussi avec ses soupapes à culbuteurs "tirés" et non poussés comme d'usage courant (c'était de chez Ducati, c'est tout dire !). Son seul défaut était, outre l'absence de pédales indispensables au démarrage du moteur, d'avoir un changement de vitesses par sélecteur au pied. Or, la clientèle visée par ce type de véhicule, comme pour tous les scooters, était du genre féminin que l'on sait peu enclin à abîmer ses escarpins sur les leviers d'un sélecteur. Il fallait donc un autre moteur avec des vitesses mais pas au pied, donc à la main... par poignée tournante. Ce que, par ailleurs, avaient bien compris Vespa et Lambretta.      

Ami GOYARD184Le choix se porta sur le deux-vitesses Sachs 98 cm3, un deux-temps un peu plus puissant et sans doute moins onéreux que le Cucciolo. En plus de ses vitesses au guidon, l'AMI offrait un démarrage par lanceur avec poignée et câble au moteur côté gauche, façon tondeuse à gazon.Ami 1162En perpétuelle évolution depuis sa naissance, l'AMI se présenta ensuite avec un moteur plus gros (150 cm3) toujours fourni par Sachs et, cette fois, avec un kick-starter bien visible sur la photo ci-dessus.

AMI scooter de dosLa marque subsistera jusqu'au milieu des années 50 en essayant de suivre le mouvement scootériste qui réclamait toujours plus de protection et d'automatisme. L'AMI grossira des roues (10 ') et de la carrosserie qui finira par l'enfermer complètement en lui faisant perdre son aspect léger, presque "sportif".

Ami-3164.jpgAvec la selle double des ultimes productions AMI, ces deux campeurs auraient perdu toute raison d'avoir chacun leur monture et l'émancipation féminine y aurait donc beaucoup perdu...

Triumph-650-Cheney-ISDT.jpgVacciné moto-cross et tout-terrain, Fabrice Bazire exposait une rare Cheney à moteur Triumph T 120. Cette 650 était préparée par Eric Cheney himself pour les Six Jours Internationaux de 1968.

Norton 750 RangerAfin de répondre à la demande des pilotes américains réclamant des motos d'enduro plus puissantes, Mike Berliner, importateur Norton-Matchless du New-Jersey suggéra à la maison-mère d'installer un moteur de 750 Norton Atlas (52 ch) dans une partie-cycle de Matchless de cross. "Impossible à réaliser", lui fut-il répondu. Berliner commanda alors une telle machine à deux spécialistes californiens, Bob Blair et Steve Zabaro. Puis, avec son prototype sous le bras, il s'en vint chez les Britanniques et les convainquit. D'où cette Norton P11 de 1967, cocktail réussi qui tint le choc jusqu'à l'arrivée des CZ et Husqvarna...

Matchless-Metisse-Bazire-.jpgEncore de la Haute-Couture à l'anglaise sur le stand Bazire, une réplique Rickman Metisse MK III Matchless de 1965. La base, assez lointaine, en est la Matchless G 85 CS (Competition Scramble).Triumph-Bonneville-Burdet-attelee.jpg

Poursuivant son prosélytisme en faveur du sidecar, Jean Burdet (Heritage-Import) proposait un bel attelage entraîné par une Triumph Bonneville dans des couleurs inhabituelles. 

Phil-Read-incognito.jpg

Du jour où ce visiteur abandonnera sa casquette Elf, je crains que plus personne ne le reconnaisse...    

Norton-Inter.jpg

Belle Norton Inter dans son état d'origine garanti car propriété d'Alain Daigne, auteur du livre "Manxman - Des Norton et des Hommes". Sur plus de 190 pages il a rassemblé le double de photos de pilotes français et européens qui ont couru sur les légendaires Manx 350 ou 500 jusqu'en 1970. Fabuleuse évocation ! Ce livre est disponible chez l'auteur : A. Daigne, 5 Chemin Vert 95630 Meriel. Renseignements sur : alain.daigne@wanadoo.fr

CHEZ LES MOTOS ROUGES

www.autodrome.fr-Maserati.JPG

En cherchant sur le ouèbe, on trouve bien Maserati constructeur de deux-roues, mais on ne signale qu'une production limitée à des 50 deux-temps et une 160 quatre-temps culbutée. Manifestement, celle qui figurait sur le stand des Guzzistes ne relève d'aucune de ces catégories. (Photo ci-dessus : www.autodrome.fr)

Maserati-moto.jpg

Selon l'aspect du carter de distribution qui arbore la prise du compte-tours cette Maserati possède un ACT commandé par chaîne, et c'est à peu près tout ce qu'on en sait ! Le trident est le même que celui qui figure sur les voitures de même marque. C'est la conséquence d'une confusion intervenue au moment de la séparation intervenue entre Moto Maserati et Maserati Candele & Accumulatori.      

Aermacchi-Harley-Vincennes.jpgUne 250 Aer... excuses... 250 Harley-Davidson avec son toujours aussi curieux frein avant Campagnolo. Une technique de "frein in-board" révolutionnaire mais qui n'a pas fait école.

Frein Campagnolo brevetLe principe de ce Campagnolo s'apparente à un embrayage monodisque (façon BMW flat-twin) qui fonctionnerait "à l'envers". Sur un disque de friction (en noir) s'applique un autre disque à commande hydraulique (ici une durit tressée). Ce dessin est l'un de ceux qui accompagnent le brevet américain.

Parilla-et-Martin.jpgLe 175 Parilla exposé sur le stand du club Aermacchi attirait les regards et les questions sur sa distribution particulière dite "par arbre à cames surélevé". D'où explication de texte par Dominique Martin (pull bleu) propriétaire de la machine.

Parilla pre moteur seul3710Le tube ailetté à l'avant du bloc-moteur est un reniflard.

Parilla-2.jpg... Très obligeamment, Dominique Martin nous a fourni photos et dessin qui valent mieux que, etc, etc. Donc, carter de distribution retiré, apparaissent les boyaux de la machine. De bas en haut : pignon de commande de la pompe à huile, pignon-moteur, pignon d'entraînement de la chaîne de distribution, pignon d'arbre à cames.

Parilla 1 dessinÉclaté du moteur sur lequel de nombreuses pièces annexes ont été effacées afin de rendre le dessin plus lisible. Surtout ne vous basez pas là-dessus pour remonter un moteur que vous auriez reçu en pièces ! 

Parilla-3.jpgGros plan sur le culbuteur d'échappement. La flêche indique le réglage du jeu à la soupape par l'extrémité carrée de la tige de commande avec son contre-écrou. Tout à gauche, la came sur son arbre très court.

MV-125-simple-ACT.jpgOn revient à du plus classique (classique italien, s'entend) avec ce 125 MV de 1954. Son moteur a une distribution commandée par cascade de pignons et ne possède qu'un seul arbre à cames au lieu des deux du modèle d'usine dont il est issu. Produit pour la Formule Sport italienne, il poursuivit une belle carrière aux mains de pilotes privés de tous pays.

Guzzi-Airone.jpgUltra-classique, mais on ne s'en lasse pas, une Guzzi mono. Même sans prétentions sportives, cette paisible culbutée respire la performance. La couleur, sans doute !

En inscrivant votre adresse mail dans la case "newsletter" en bas de la colonne à droite, vous serez immédiatement informé de la parution d'un nouvel article. C'est absolument gratuit ! 

Repost 0
Published by zhumoriste
commenter cet article
27 novembre 2013 3 27 /11 /novembre /2013 15:58

Voici le deuxième volume des œuvres de M. André Giroux, dessinateur. Certains d'entre vous n'ont pas pu "ouvrir" ces illustrations alors j'espère qu'il n'en sera pas de même avec celles-ci. Au cas contraire, c'est qu'une malédiction persiste à poursuivre la production motocycliste française !

Gnome-Voici-1171.jpg

Gnome-Voici-2172.jpgIci, A. Giroux fait de l'humour à propos de ce "plan Young" qui défraya l'actualité en 1929. À la suite de la crise économique mondiale de ces années, le montant des réparations de guerre dues par l'Allemagne fut réduit par ce "plan", d'origine américaine comme le précédent (Plan Dawes). La dette était abaissée de 17 % et le remboursement devait se faire sur 59 annuités. Il se terminait donc en... 1988. Payer suivant le Plan Young était une façon de dire "à la Saint-Glin-Glin". Gag...

Gnome-Voici-3173.jpg

Gnome-Voici-4174.jpg

Gnome-Voici-5175.jpg

Gnome-Voici-6176.jpg

Gnome-Voici-7177.jpgLes deux pages ci-dessus se trouvent face à face

Gnome-Voici-8178.jpg

 

En inscrivant votre adresse mail dans la case "newsletter" en bas de la colonne à droite, vous serez immédiatement informé de la parution d'un nouvel article. C'est absolument gratuit ! 

 

Repost 0
Published by zhumoriste
commenter cet article
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 15:41

MGC écrémeuse doc color167Oui, "Pourquoi ce surnom" me demande un visiteur intrigué. Évidemment, en un temps où le beurre se trouve en paquets comme le café existe en poudre, on ne sait plus comment est fabriqué ce qu'on mange. Et même si on savait !... Donc, le beurre se fait en séparant la crême du lait, puis cette crême est déposée dans une "baratte" qui fournit - enfin - le beurre. Du moins est-ce la fabrication théorique, à l'ancienne, à la main. Mais il ne serait pas étonnant qu'aujourd'hui ça se passe en laboratoire où un quelconque crapougniou de pougnafesse malaxe des paillettes de smorbluogara auxquelles il ajoute un peu de smilaxaspera (ah ! la smilaxespera que c'est bon !).

* La M.G.C. représentée ci-dessus est du premier modèle de 1929. Par la suite, tout en conservant le principe du châssis-poutre, le réservoir sera affiné, plus esthétique (voir ci-après les pièces neuves) et des haubans viendront renforcer la partie entre le support de selle et l'arrière de la boîte à vitesses.  MGC écrémeuse réservoir 168Pour en revenir à la moto M.G.C. "Écrémeuse", c'est la forme de son réservoir qui a inspiré les plaisantins qui l'ont rebaptisée, par allusion à l'ustensile qui se trouvait à l'époque dans toute ferme sérieusement équipée. La méthode de fabrication du beurre avait engendré des dizaines de modèles différents d'écrémeuses, un peu différents par leur principe mécanique, mais...

MGC écrémeuse Radior bis170... toutes sont d'un aspect proche déterminé par la forme de la pièce dans laquelle se passait l'opération de séparation de la crême. 

MGC écrémeuse Radior169Le débit dépendait de la vigueur du bras de celui (ou celle) qui actionnait la manivelle, laquelle devait faire tourner les "assiettes" centifugeuses à 1 200 tous/minute dans le bol. 

MGC + BuissonGrand spécialiste des M.G.C., Dominique Buisson exhibe le résultat de sa "pêche" aux pièces de machines de sa marque favorite. Ces réservoirs-coques et la platine de support du moteur (en haut, à gauche) de M.G.C. deuxième génération sont des pièces d'origine, neuves et jamais montées (au moment de la photo qui date de quelques années). Depuis, une refabrication d'une dizaine de coques a été lancée.

MGC_CROSS_N_ET_B_bis-copie.jpgPas vraiment fragiles les M.G.C., au point qu'un intrépide en a utilisé une dans ce qui semble bien être une "montée impossible", si l'on en juge par la chaîne qui entoure son pneu arrière...

 

En inscrivant votre e-mail dans la case "newsletter" en bas de colonne à droite de cette page vous serez prévenu par e-mail dès qu'un nouvel article sera mis en ligne : c'est entièrement GRATUIT !

Repost 0
Published by zhumoriste
commenter cet article
24 novembre 2013 7 24 /11 /novembre /2013 16:15

daihatsupresoct8-686x387.jpgAu dernier Salon de l'auto à Tokyo les constructeurs japonais ont mis l'accent sur des véhicules plutôt petits et de faible cylindrée (660 cm3). Ils reviennent ainsi aux lendemains de la guerre lorsqu'il fallait motoriser le pays au moindre coût. Aujourd'hui, le problème est différent avec une population nippone vieillissante qui ne s'intéresse pas à la performance et privilégie la facilité d'utilisation. D'où les assistances en tout genre sur un véhicule multi-usages et l'accélération des programmes de recherches sur l'énergie électrique. Entre autres projets (ils disent "concept"), Daihatsu a présenté son mini-monospace qui n'est pas sans évoquer celui qu'inventa notre Jacques Tati en... 1971 !   

Auvent dépliéEn route pour le Salon d'Amsterdam (qu'elle finira par atteindre... à l'heure de la fermeture), cette Renault 4L rebaptisée Altra sème la pagaille à la douane néérlandaise. Ses concepteurs, Tati en tête, devront faire une démonstration de tous les secrets et astuces qu'elle recèle.

Auvent-Tati-R4.jpgUn auvent se déploie sous la portière arrière soutenue par deux piquets. Il protège deux couchettes dissimulées sous la banquette arrière et qui tiennent à l'aise dans l'habitacle car la partie arrière de la carrosserie coulisse et s'allonge sur des glissières. Au matin, pour la toilette une pomme de douche fixée au plafond est alimentée en eau chaude par le moteur. 

table-sieges-Capture-d-ecran-08.jpgUne table est repliée sous le pare-chocs arrière avec deux sièges pivotants qui apparaissent, accrochés de part et d'autre de ce pare-chocs. 

pare-chocs-avant-tati.jpgÀ l'avant, la calandre se déplie et découvre un grill avec sa plaque de chauffage : le steak est prêt à cuire. L'Altra offrait bien d'autres commodités telles que : feu arrière monté sur une rallonge pour éclairer un changement de roue la nuit ; de même, à l'aide d'une rallonge le bouton central de l'avertisseur au volant dissimule un rasoir électrique ; les parois intérieures reçoivent un allume-cigarettes, un distributeur de savon liquide, etc. Bref, tout le confort moderne sur 4 roues et partout !  

  On rêve à ce que Renault aurait pu faire avec son Estafette...

Repost 0
Published by zhumoriste
commenter cet article
17 novembre 2013 7 17 /11 /novembre /2013 18:42

 Au début des années 30, alors que la moto française n'est pas au mieux de sa forme, c'est le moins que l'on puisse dire, Gnome-Rhône lance sa nouvelle production des machines à partie-cycle en acier embouti. Une campagne de publicité destinée à soutenir les ventes utilise de grands moyens dont des catalogues luxueux réalisés en héliogravure dans les ateliers de Draeger, imprimeur spécialisé dans les catalogues "haut de gamme". Parallèlement G-R diffuse des petits opuscules (11 x 16) d'une dizaine de pages illustrées par le dessinateur André Giroux qui, en 10 ou 12 vignettes, illustre toutes les bonnes raisons qui mènent à l'achat d'une Gnome. On n'oubliera pas qu'à l'époque, Gnome-Rhône est dirigé par Paul-Louis Weiller, par ailleurs grand amateur et collectionneur d'œuvres d'art. Ceci expliquant peut-être cela (toutes proportions gardées...).

Le livret présenté ci-dessous nous a été transmis par Yves Campion, correspondant particulier du Zhumoriste en Belgique qu'on remercie donc. Si vous êtes sages, bientôt d'autres friandises du même genre...

Gnome-1-couv-Capture-d-ecran-2013-11-17-a-19.24.18.jpg

Gnome-1-OuitterRed--glisse-e-s--1.jpg

Gnome-2-campion.jpg

Gnome-3-OuitterRed--glisse-e-s--1.jpg

Gnome-4-OuitterRed--glisse-e-s--1.jpg

Gnome-5-OuitterRed--glisse-e-s--2.jpg

Gnome-6-OuitterRed--glisse-e-s--2.jpg

Gnome-7-Capture-d-ecran-2013-11-17-a-19.36.02.jpg

Gnome-10-Capture-d-ecran-2013-11-17-a-19.14.29.jpg

Gnome-11-Capture-d-ecran-2013-11-17-a-19.24.38.jpg

En inscrivant votre e-mail dans la case "newsletter" en bas de colonne à droite de cette page vous serez prévenu par e-mail dès qu'un nouvel article sera mis en ligne : c'est entièrement GRATUIT !

Repost 0
Published by zhumoriste
commenter cet article
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 18:35

Mlle-Dumas-Nougier.jpgDans le précédent article sur le Salon de Vincennes, j'ai oublié de vous montrer l'autre Nougier, la 250 présentée avec la 4 cylindres. Celle-ci était aussi mise en valeur. C'est de la moto que je parle, là... vous l'aviez bien compris.

Bridgestone logo japonai165 LES JAPONAISESBridgestone 350 profil La marque ne figure que sur les caches et sur la selle. Le sélecteur pouvait être monté du côté gauche ou du côté droit grâce à l'arbre traversant les carters.

Sans rien avoir à vendre à Vincennes, le fabricant de pneumatiques Bridgestone présentait deux motos bien esseulées sur un vaste stand aux parois tapissées des photocopies de catalogues d'époque de ces mêmes rares motos. Les Bridgestone sont rares car jamais importées en France et à peine plus en Europe où l'on parle d'une cinquantaine de 350 ayant atteint les rivages britanniques en 1967 (rien en Allemagne ? rien en Italie ?). Cette 350 ci-dessus est une GTR, bicylindre à deux carbus et deux distributeurs rotatifs, une technique d'alimentation adoptée par la marque en 1958. Avec 37/40 ch, la 350 Bridgestone était dans la norme des autres deux-temps rivales (avec le bonus d'une boîte à 6 rapports), mais son prix élevé obligea l'importateur britannique à stopper l'aventure.

Bridgestone 350 GTRUn hommage à Rollie Free sur sa Vincent de records ? Hélas, la similitude n'a pas été poussée jusqu'au costume (ou plutôt l'absence de). 

L'arrivée de la 350 GTR dans la cour des "grands" est l'aboutissement d'un travail commencé en 1946 par la fabrication de bicyclettes. S'ensuivit en 1949 l'adaptation d'un moteur de 50 cm3. L'évolution s'arrêta alors et c'est le trou noir selon l'énorme "Japanese Motorcycle History" qui répertorie sur 750 pages tous les modèles produits depuis la capitulation du Japon. Bridgestone n'y reparaît qu'en 1954 avec un 90 cm3 à soupapes latérales de 2,5 ch. Retour en 1958, cette fois en deux-temps avec distributeur rotatif, technique qui restera celle de toutes les Bridgestone à venir et qui provoquera aussi sa perte. Ce B.S., nouvelle appellation des Bridgestone, est un 50 de 2 ch qui va monter en cylindrée et en puissance, atteignant 90 cm3 et 8 ch en 1964. L'année suivante, alors que son 90 est proposé en 6 versions, du Tourisme au Scrambler, B.S. sort une 180 bicylindre (177 cm3) la TA 1 de 20 ch, affirmant donc des intentions sportives.  

Depuis 1963, Bridgestone-B.S. s'était attaqué au marché américain sans trop de succès, malgré des publicités ciblées sur la jeunesse (dans Playboy, entre autres). Certains arguments utilisés pouvaient laisser perplexe, tels la pose de cette demoiselle sur sa 350 GTR, tandis que dans d'autres annonces on capitalise sur la victoire à Daytona d'une 175 (voir plus bas) qui a battu les Honda, Bultaco et Montesa de la concurrence. En laissant entendre qu'il s'agissait d'une Bridgestone de série alors que sur la photo d'illustration elle est munie d'un carénage.

Bridgestone 350 moteurLe cylindre derrière le boîtier de filtre à air commun aux deux carburateurs est l'alternateur et non un démarreur comme on pourrait croire car la mise en route du moteur s'effectue par un kick.

Cela se passait en 1966, année où la marque s'est lancée dans les Grands Prix occidentaux avec un 50 cm3 bicylindre (!) à 14 vitesses (! !). À une ou deux exceptions près, ce petit bijou de mécanique trouvera toujours devant lui les Honda ou les Suzuki d'usine. Le 50 reprend du service en 1967 et termine 6è au G.P. du Japon. Dans cette épreuve on a aussi vu un 125 Bridgestone dont on ne sait pas grand chose sinon que sa 5è place à 1 tour a dû dégoûter définitivement Bridgestone de la compétition. Mais il y a d'autres raisons à ce découragement et bien plus importantes. Par exemple la disparition "programmée" de nombreux constructeurs de motos japonais. L'un est victime d'un typhon qui a submergé sa production courante, ses machines-outils, son stock de pièces, un autre se voit refuser un prêt des banques, etc. De quatre-vingt qu'ils étaient en 1955, ils se sont retrouvés une quinzaine en 1962. Un an de plus et huit d'entre eux disparaissaient. Bridgestone était parmi les survivants avec Honda, Suzuki, Yamaha, Kawasaki, Meguro, Tohatsu. Les deux derniers cesseront leur production en 1964 (Kawasaki a absorbé Meguro). Quatre ans plus tard, Bridgestone abandonne la moto pour se consacrer aux seuls pneumatiques.Bridgestone 175 Dual TwinÉcusson sur le réservoir pour la 175 qui a précédé la 350 et lui a d'ailleurs légué son frein avant double-cames. Le sélecteur est encore du type à double-branche, comme chez beaucoup d'autres marques japonaises.

BSmachIIEncore une publicité aussi américaine qu'énigmatique dans son symbole (?).

Kawasaki naine & filletteLorsqu'on veut devenir top-model, il faut s'y prendre le plus tôt possible ! Surtout quand on trouve une machine à sa taille.

LES ALLEMANDES

BMW R32 replica VDHPour le prix d'une limousine actuelle de 220 chevaux, vous pouvez vous offrir désormais la réplique de la toute première motocyclette de la même marque, la R32 de 1924. Vue sur le stand de VDH-France.com

BMW Rennsport cylindreToujours à propos de BMW, mais sans doute nettement plus chère, une 500 RennSport, double ACT par arbre comme il se doit.

BMW R 47Avec 17 chevaux (17 pferde), soit le double de ce que proposait la R32, la 500 BMW R47 du milieu des années 20 affirmait nettement son caractère sportif.

BMW DragsterDe nos jours, une brave Serie 2 fait encore son effet sous son habit de dragster signé de Sébastien Lorentz (à l'extrême droite, avec une béquille pour cause de cheville dans le sac). Sa création lui a valu le premier prix en catégorie Starr Wars à la réunion de Glemseck, du côté de Stuttgart. L'épreuve se déroulait sous forme de mano a mano entre deux concurrents qui s'éliminent l'un l'autre. Au guidon de la "Sprintbeemer", Sylvain Berneron (assisté par Sébastien dans son fauteuil roulant)... a remporté un premier round mais un problème de carburation l'a empêché de disputer la revanche. Malgré cela, il a été sacré champion par un public enthousiasmé. À l'œil, outre un moteur de 100 RS vitaminé, cette "Sprintbeemer" révèle une suspension arrière rigidifiée (obligatoire), une fourche avant télescopique de Serie 5 et un réservoir mystérieux. On pense tout de suite à celui d'une Paloma Strada (aussi pour la couleur), sauf que non, car...

BMW Dragster réservoir... s'il en a bien la forme et les "renfoncements" au-dessous de la limite peinture noire-peinture rouge, il a un orifice de remplissage du réservoir plus en avant et un emplacement prévu pour recevoir une sacoche à outils (?), fermé ici par une plaque d'alu. Il va de soi qu'il n'a pas été bidouillé en quoi que ce soit. Alors, si vous avez des lumières sur la question, ne vous privez pas. Ou bien tapez un mail à Sébastien Lorentz qu'on joint tout simplement sur : lucky cat garage

BMW R17 art décoD'un exercice de style "art déco", prototype né dans les années 30 sous le sigle R7, BMW n'a gardé que le garde-boue avant sur sa 750 R17 de 1936 (435 exemplaires construits) et aussi sur des R12. C'est l'un des rares exemples appliqués à la moto d'un mouvement artistique qui a laissé des traces partout à travers le monde aussi bien dans l'architecture que dans la peinture en passant par la joaillerie ou la mode féminine. En France, on peut lui rattacher la Majestic ainsi que certaines belles caisses de sidecars. Bien que plus tardive (1940), l'Indian témoigne par ses somptueux garde-boue d'un même mouvement qui avait traversé l'Atlantique.     

BMW Rat'sLes Harley anciennes étant devenues trop chères pour devenir des "rat's", la mode sacrifie des BMW transformées à peu de frais, surtout à l'aide d'une ou deux bombes de peinture noire. Mat, ce noir, très important. Néanmoins, on n'échappe pas toujours à la faute de goût qui tue : par exemple un réservoir... chromé.

Amicale R12 à tableLe propriétaire de la machine précédente ne se doutait sans doute pas que de l'autre côté de la vitrine contre laquelle il s'était appuyé se trouvait le stand des Béhèmistes de l'Amicale R12. Vieux rouleurs pas du tout "fashionistos", ils utilisent leurs flats septuagénaires, aussi bien sur les pistes de l'Amérique du Sud qu'aux confins de la Chine. Et sans avoir besoin de pneus à crampons pour faire baroudeurs. Leurs pérégrinations ne les empêchent pas d'apprécier des substances du terroir national comme ici des cèpes cuisinés par le président soi-même (debout à droite) fraîchement élu mais pas plus fier pour autant.BMW R12 fort saleUn cadre, un moteur, il est à parier que cet embryon de R12 n'en restera pas là.

Police Paris-DakarÉvocation du Paris-Dakar avec un sidecar BMW R75 sur le stand ensablé de la Police nationale. Présentation criante de vérité au point de donner soif aux visiteurs amis...

Police narguilé chicha... soif et envie de fumer, mais comme le Salon est non-fumeur, ce narguileé n'était là que pour la décoration. Ailleurs, on l'utilise pour fumer la chicha. Ne pas confondre avec le chichon ou, pire encore, le chichon basque.

DKW IFA compé replica Vincennes

Sur le stand de l'Amicale des Motos de l'Est, surperbe réplique de la 125 IFA-DKW 125 RE à admission par disque rotatif.

UN PEU D'ESPAGNE

Bultaco 50 compétitionÀ chaque fois que je vois un 50 de course, je me demande comment un être humain pouvait tenir là-dessus durant les 80 kms d'un Grand Prix à 140 ou 150 de moyenne (plus de 160 à Spa !).

(À SUIVRE)

En inscrivant votre e-mail dans la case "newsletter" en bas de colonne à droite de cette page vous serez prévenu par e-mail dès qu'un nouvel article sera mis en ligne : c'est entièrement GRATUIT ! 

Repost 0
Published by zhumoriste
commenter cet article

Présentation

  • : Z'humeurs & Rumeurs
  •      Z'humeurs & Rumeurs
  • : La moto et ses (larges) à-côtés
  • Contact

N'oubliez pas que...

... en inscrivant votre e-mail dans la case ci-dessous, vous serez prévenu instantanément par un message dans votre boîte de la parution d'un nouvel article. 

Recherche

Archives

Pages

Liens