Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 14:16

La dernière incarnation de la production Lurquin-Coudert se fait sous... l'aile de Louis-Émile Train (1877-1939), un pionnier de l'aviation qui a dû renoncer à voler depuis un catastrophique accident en 1911. Erreur de manœuvre conjuguée à un mouvement de foule paniquée, son avion a atterri parmi la foule venueTrain accident   500px-Louis_Emile_Train_1911.jpg assister au départ du Paris-Madrid. On devait relever de nombreuses victimes et un mort illustre, rien de moins que le ministre de la Guerre Maurice Berteaux. Ci-dessus, sur le terrain d'Issy-lès-Moulineaux l'avion après la tragédie est gardé par des cuirassiers à cheval. Titulaire de son brevet de pilote depuis 1909, Train abandonne pourtant le milieu des "merveilleux fous volants" et se tourne vers d'autres activités mécaniques dont la motocyclette. Plutôt que de créer une nouvelle marque, il prend la "succession" d'une vieille entreprise honorablement connue sur le marché, ce sera Lurquin-Coudert. 

1914 Lur ctalog216

Émile Train était peut-être un excellent avionneur, mais il semble qu'il n'entendait pas grand chose au graphisme, publicitaire ou autre. L'auteur de ce dessin de la couverture du catalogue n'a d'ailleurs pas signé son œuvre (LIBMA est un atelier spécialisé dans la gravure-imprimerie), mais on ne le regrettera pas ! Le contraste est encore plus grand avec les pages suivantes où les machines sont présentées en deux couleurs (noir et bleu) et dans une mise en pages plutôt élégante.

1914 Lur dos catalogue226

Au dos de son catalogue, Train entend faire valoir sa qualité de constructeur à la tripe tricolore...

1914 Lur Helle-Shaw227

... ce qui ne l'empêche pas de proposer en page intérieure un embrayage d'origine britannique et de monter sur ses machines le changement de vitesses NSU d'origine allemande !

1914 Lur Train bicyl 5 1-2219

Grâce à ce changement de vitesses avec embrayage, le motocycliste n'a plus besoin de pédaler pour mettre sa machine en route et il peut s'arrêter en laissant son moteur tourner. C'est un immense progrès que peu de marques concurrentes peuvent offrir. Cependant il classe les Lurquin-Coudert parmi les plus chères du marché (hors motos importées), en compagnie des René Gillet et autres Automoto, malgré le handicap d'une transmission finale par courroie. 

1914 Lur Train bi 5 1-2 bis220

Reste l'énigme toujours non résolue de la paternité de ces nouveaux moteurs à soupapes latérales, monos et bicylindres "sortis de nulle part" tout en étant déjà opérationnels. La partie-cycle n'a pas non plus d'équivalent en France avec cette fourche qui n'a existé, semble-t-il, que sur ces machines, tandis que le frein avant en étrier sur jante se trouverait facilement une parenté britannique... 

1914 Lur Train moteurs bicyl224

Malgré un changement de direction, la marque continue sa politique de livraisons de moteurs seuls. Mais on peut se demander si cette pratique était bien réelle car à ce jour, aucune machine équipée d'un Lurquin-Coudert mono ou bicylindre n'est connue. Peut-être faudrait-il rechercher chez les cyclecars, en particulier pour le bicylindre à refroidissement liquide qui conserve les soupapes automatiques. 

1914 Lur moteurs monos223

Le prix de base des moteurs est indiqué sans la magnéto, mais comme tout était prévu pour recevoir une Bosch, il devait être assez mal vu de demander une magnéto d'une autre marque...

1914 Lur Train Tourist 3 hp1-2218

À 1400 F, la 450 mono atteignait et dépassait même le prix de certaines bicylindres en V françaises, mais cette Lurquin-Coudert avait l'avantage de ses soupapes latérales et de ses deux vitesses/embrayage.

1914 Lur Train chgt vit NSU225

1914 Lur Train bi side osier221

1914 Lur Train bi side tole222

1914 Lur Train Tourist 2 hp1-2217

Retour d'une "antiquité" avec cette 260 cm3 à soupape automatique et sa fourche à ciseaux. Son prix raisonnable explique sans doute que ce soit ce modèle qui se rencontre aujourd'hui chez les (rares) collectionneurs français et étrangers.

1914 Lur Perfection mono 03 1914099

En mars 1914, la revue Cycle et Automobile Industriels présente à titre de nouveauté cette moto Perfection de 3 HP (450 cm3) "établie" par les Ets A. N. Lotteau Frères de Choisy-le-Roi (Seine). Il s'agit d'une L & C de même puissance, équipée d'une fourche type Druid qu'on ne trouve pas sur les L & C "de souche". Cette Perfection était au catalogue Lotteau en compagnie d'une bicylindre latérales 750 cm3 et de la 2 HP 1/2 mono à soupape automatique.

(c'est encore... à suivre. Mais oui !) 

Repost 0
Published by zhumoriste
commenter cet article
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 17:27

Affiche FFMC

Repost 0
Published by zhumoriste
commenter cet article
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 15:52

Longchamp-1406.jpg

Longchamp-tandem.jpg

... rien ne va plus et ce n'est pas qu'une façon de parler puisque les pages économiques des journaux se font l'écho d'une inquiétude qui, pour l'instant est circonscrite à une seule marque (ci-dessous). Mais dans le demi-luxe (ou quart ou tiers), ça coince aussi. Voyez un peu la dernière publicité pour la bagagerie Longchamp. Il y a quelques mois, la jeune personne qui faisait la promotion de leur sac était assise sur une Norton. Une ancienne, donc une plus chère que neuve. Aujourd'hui on a deux mannequins, soit, mais sur un simple tandem ! La vague écolo a encore frappé ou est-ce une restriction de budget ?

Luxe-en-baisse414.jpg

À dire le vrai, la moto (ci-dessous) n'avait pas l'air d'enthousiasmer le modèle à moto, alors que les deux tandemistes se fendent la poire sans retenue. On y gagne une pub plus gaie et de ça, en ces temps de rigueur, on en a plutôt  besoin !

Longchamp-BON-1530-copie.jpg

Repost 0
Published by zhumoriste
commenter cet article
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 15:34

Lors de l'une des ses dernières interviews télé à la BBC, il a commencé par se verser une coupe de champagne qu'il a dégustée avant de répondre aux questions du journaliste. D'emblée on se doute que Ronald Searle n'était pas un Anglais comme les autres. D'ailleurs, Anglais c'est à voir ! En 1961, il s'installe à Paris avant de partir près de Draguignan à Tourtour qu'il n'a plus quitté jusqu'à son décès annoncé en janvier de cette année alors qu'il était défuncté le 30 décembre 2011 à 91 ans. Une dernière farce, en somme, ou plutôt trait d'humour noir. Ce genre fut l'une de ses spécialités en commençant par les créatures diaboliques qui ont fait sa célébrité mondiale, les Saint Trinian's Girls, pensionnaires d'une "Academy for Young Ladies". Un collège qui était tout sauf académique et où ces petites pestes inventent les pires tortures infligées à leurs professeurs ou à leurs propres copines. Dans leur uniforme noir avec chapeau noir, bas noir et porte-jarretelles, buvant whisky et fumant le cigare, Donald Searle en a fait d'abominables pin-up de l'Enfer néanmoins attachantes par leur facilité à inventer les pires "drôleries". Assez pour inspirer plusieurs transpositions à l'écran et à la télé basées sur les 5 albums édités par Searle. Searle cheval tout 2412

La couleur a succédé rapidement au noir et blanc dans des compositions qui vont faire la joie de centaines de milliers de "lecteurs" à travers le monde anglo-saxon. À de nombreuses reprises, il fera la couverture du New Yorker, le Saint-Graal américain des artistes dessinateurs, une publication qui, entre parenthèses, accueillera aussi notre Sempé national. En France, il publiera un peu à ses débuts dans Paris-Match, France Dimanche puis, bien plus tard, dans le prestigieux quotidien Le Monde, mais dans tous les cas ses œuvres passeront en noir, privant les amateurs de ses chatoyantes compositions en couleurs qu'il faut retrouver dans des livres. (ci-dessus : "La raison du plus fort", dans 'Chats, Chats, Chats' - Éditions la Boétie, 1982).   

Smoking.jpg

Une St Trinian's girl qui a une façon très personnelle de concevoir l'école buissonnière.

Searle cigare St Trinian409

- Je ne dois pas fumer le cigare pendant la prière...

 - Je ne dois pas fumer le cigare pendant la prière... 

Searle Cupid St Trinian410

Sans légende

St Trinian girlies

Jeux de plein air à St Trinian

Not a lot of depth but has substance

"Beaucoup de corps, mais peu de profondeur"

Dans les années 80, Ronald Searle part en guerre contre le charabia ésotérique et ampoulé des critiques "tastevins" qui écrivent ensuite sur le vin. "Ils font autant de mal au milieu du vin qu'ils en font à la langue (...), leur châtiment est proche" prophétisait-il. En attendant le Jugement dernier, Searle publie une cinquantaine de dessins réunis dans "The Illustrated Winespeak" et qui les ridiculisent (ci-dessus). 

Iran

Au passage, il règle un compte avec les ayatollah nouvellement arrivés au pouvoir en Iran et qui prétendent transformer le vin en eau !

Hells.jpg

Oui, ici la couleur manque gravement. 

Moto-solo.jpg

C'est sans doute la toute première fois que Searle a l'occasion de dessiner une moto, et il aurait préféré n'avoir jamais eu à le faire. Engagé dans les sapeurs de Sa Majesté britannique, il est fait prisonnier par les Japonais à la chute de Singapour en 1942. D'abord incarcéré à la prison de Changi il est transféré ensuite dans un camp de la jungle et affecté aux travaux de percement de la ligne de chemin de fer entre Siam et Birmanie où sera érigé le fameux pont sur la rivière Kwai. Durant toute sa captivité il va dessiner et dessiner encore car ce à quoi il assiste est proprement horrible : exécutions au sabre ou par pendaison, tortures quotidiennes, bastonnades, absences de soins aux blessés et malades, etc. 

Sentinelle.jpg

Ronald Searle réussit à rapporter plus de 300 de ses dessins qu'il avait cachés sous le matelas de prisonniers malades du choléra que les Japonais n'osaient pas perquisitionner, craignant la contagion.

Wagonnet

Terreur des prisonniers, la matraque en bambou du garde-chiourme.

Torture

Le sport favori des Japonais : obliger un prisonnier à porter très haut une lourde pierre en cambrant le dos contre lequel son bourreau applique un bambou acéré qui entre dans les chairs au moindre relâchement.

cadavres rvb

Chaque matin, l'enterrement de ceux qui n'ont pas pu résister plus longtemps. Libéré par les troupes américaines en 1945, Ronald Searle se remet au travail du dessin, mais il n'oubliera pas l'enfer qu'il a connu. En hommage à ses compagnons, il publie un livre (To the Kwai and back - 1986) relatant cette période, accompagné de ses dessins qu'il a légués à l'Imperial War Museum. 

Conserves pin up

Cette tragique période de sa vie ne lui a rien retiré de son sens aigu dans l'observation de ses semblables et des travers de notre société.

Hambourg 2

D'un voyage à Hambourg dans le "quartier des filles" de St Pauli il rapporta des carnets de dessins que personne ne voulut publier en France. Habitué à défier la censure, Jean-Jacques Pauvert finit en 1968 par les éditer, sur l'insistance de Roland Topor. On était très loin des collégiennes de St Trinian !

En inscrivant votre e-mail dans la case "newsletter" en bas de colonne à droite de cette page vous serez prévenu par e-mail dès qu'un nouvel article sera mis en ligne : c'est entièrement GRATUIT !

Repost 0
Published by zhumoriste
commenter cet article
7 septembre 2012 5 07 /09 /septembre /2012 17:22

Moto-Becane-1403.jpg

Présentée aussi sous le nom "Étoile" ou "A.Z." qui était la marque du moteur de 200 cm3 fabriqué par les Ets Amstoutz, cette Moto-Bécane figurait au catalogue de N. Saint-Germain (Successeur de Tempère), 27, 29 & 31 rue des Archives et 29 rues des Blancs-Manteaux à Paris. La fourche est une "Idéale" du type à roue poussée, suspendue par de longs ressorts travaillant en extension dans des tubes de chaque côté de la roue. La tige de selle coulisse dans le tube parallèle au tube arrière du cadre selon un principe qu'on retrouvera plus tard chez... Harley-Davidson ! Le moteur A.Z. se trouve sur de nombreuses marques dont L'Albatros ou Panneton. Le dessin pourrait représenter la machine "de course" dont il est question dans cette page du catalogue.

Moto-Becane-2404.jpg

En inscrivant votre e-mail dans la case "newsletter" en bas de colonne à droite de cette page vous serez prévenu par e-mail dès qu'un nouvel article sera mis en ligne : c'est entièrement GRATUIT !

Repost 0
Published by zhumoriste
commenter cet article
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 10:45

Encore mieux que la ZPsport à 18 850 roros, voici ce qui est sans doute le mono "de série" le plus cher du monde. À 35 000 dollars, l'Alligator dévore la concurrence ! Évidemment c'est monté à la main puisqu'il n'y en eu que 36 exemplaires construits. Pourquoi 36 ? Parce que c'était le numéro de la Eagle de Formule 1 qu'a construite et pilotée Dan Gurney et gagnante du G.P. de Belgique en 1967. Pour la première fois dans l'histoire, une voiture américaine construite par un Américain et pilotée par lui-même remportait un Grand Prix.

Foto James Brown 35000 $

Ce même Américain est arrivé dans le monde motocycliste avec des idées bien à lui, surtout en matière d'esthétique... Côté motorisation, on trouve un mono 650 de chez Honda porté à plus de 700 cm3 qui développe 70 chevaux grâce à l'injection et d'autres petites améliorations. Le châssis est en tube et l'habillage est en fibre de carbone. Tout ça pour une "vieille" machine avec bi-amortisseurs arrière et fourche télé classique. 

alligator.jpg

... reste la position qui peut passer pour révolutionnaire, sauf que...

rear 3 quarters 3

... un ingénieur de Bologne a déjà fait la même chose au lendemain de la dernière guerre. Motorisée par un deux-temps MV Agusta elle ne connut pas de suite commerciale, au contraire de l'Alligator. Et l'Italien pouvait faire partager ses sensations à un passager ou même une passagère qui n'aurait pas été effrayée par une position... gynécologique.

Futuro italie

En remontant encore plus loin dans le temps, on trouve une Barbier des années 30. En plus d'une allure originale, elle avait un cadre en fer plat. Tout pour plaire, on s'en doute ! On en reparlera.

DERNIÈRE HEURE (du 9 septembre) : Grâce à "Storia della Motocicletta" de Giovanni Luraschi, l'ingénieur de la Moto Futuro a désormais un nom : Dottore Marzocchi, mais on ignore s'il a un lien avec le fabricant de suspensions du même nom. G. Luraschi précise que cette machine de 1948 fut essayée avec des moteurs de 98, 125 et 250 cm3, mais aucune n'atteignit le stade de la production.

Repost 0
Published by zhumoriste
commenter cet article
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 16:42

Deux douzaines de photos trouvées en brocante, aucune mention au dos, pas de date, aucun élément de reconnaissance que le lieu, Montlhéry bien sûr, mais rien d'autre. Pour retrouver la date de l'épreuve, c'est facile, il suffirait de tourner les pages de trois ou quatre années de Moto Revue donc durant des heures et des heures, peut-être des jours. Encore faudrait-il être sûr que toutes ces photos concernent une seule et même course. Alors je compte sur ceux d'entre vous qui ont de la mémoire et deux doigts pour taper sur le clavier d'un ordinateur... 

Ligne départ388

Comme d'habitude, un temps pourri sur le plateau de Saint-Eutrope, donc pas d'indice sur le moment de l'année où la réunion s'est déroulée.

Départ389

Ces photos au format 8 x 11,5 sont tirées sur "papier chamois", ce qui explique leur légère coloration par endroit.

Ducati 112390

Typique tableau à Montlhéry, une Ducati sur fond de Simca Ariane et de 403 break Peugeot.

Huguet396

Christian Huguet s'apprête sous l'œil d'une amie (?), imité par quelqu'un qui pourrait être Bernard Grenier de Monner (à gauche).

Ducati frein AV391

Gag éculé mais toujours pratiqué : la moto est devenue une DECATI. Beau frein quand même.

DKW sidecar393

Rareté surtout en compétition et surtout attelée, une DKW 350 twin

Velocette 4 action399

Belle attaque d'une Velocette parfaitement gréée pour la route avec phare et plaque minéralogique.

BMW sidecar 3394

L'inévitable sidecar BMW avec des positions de carburateurs remarquables et qui ont dû marquer les spectateurs.

Velocette 148384

Vu la quantité de Velocette dans le parc, on pourrait presque avoir affaire à une Coupe de marque.

Velocette 148 de face397

Velocette 61385

Norton 11 Appietto400

Ah ! Une Norton Manx égarée parmi les culbutées. Bandes blanches sur combinaison rouge (qui paraît clair sur une photo noir et blanc), peut-être André-Luc Appietto ? (c'est bien lui, voir commentaire)

Roca 29 de face398

Jacques Roca, apparemment mécontent de lui ou de sa Yamaha.

Velocette 50387

Honda 450392

Réglage de l'allumage sur une 450 Honda. (Fargeix de Clermont-Ferrand, voir commentaire)

Tchernine401

Facile à reconnaître gâce à la décoration en flammes ou en cornes de Belzébuth de son casque : Thierry Tchernine (sur Ducati ? Aermacchi ?).

Velocette frein AV402

Le grand flasque à trous-trous était censé apporter un meilleur refroidissement du double-came avant. 

Velocette 66386

... Oui, encore une... et encore une autre, rare en attelage.

Velocette side 5395

 En inscrivant votre e-mail dans la case "newsletter" en bas de colonne à droite de cette page vous serez prévenu par e-mail dès qu'un nouvel article sera mis en ligne : c'est entièrement GRATUIT !

Repost 0
Published by zhumoriste
commenter cet article
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 17:55

Olivier-recycle 0184  Olivier-recycle 0182

Toujours à la recherche de Pigeot 103 ou de pièces du même engin qui lui permettent d'en reconstruire des exemplaires roulants, Olivier (voir article du 08/01/2012) écume les brocantes et autres vide-greniers de l'Ouest avec une belle ardeur. Son humour et sa gentillesse font merveille auprès des vendeurs... et vendeuses en costume d'époque comme ici. Cette fois, il a mis quelques euros dans le commerce contre un guidon de course avec sa sacoche "randonneur" et un casque irrésistible et indispensable pour rouler en Pigeot (le casque, pas le guidon, quoique avec lui tout est possible...).  

cazenave P1050149

Comme il n'a pas d'œillères, il a vu à Saintes dans une exposition du Club Saintongeais des Véhicules d'Époque quelques motos dont une peu connue Cazenave. Cette marque de Belin (Gironde) a commencé dans la moto au milieu des années 20 alors que les "jeunes couches" du 21è siècle ne connaissent que ses cyclos (surtout) ou ses motos des années 50, émanations d'Ultima. Louis Cazenave a laissé une autobiographie qui donne une excellente idée de ce que pouvait être l'aventure au siècle dernier d'un homme parti de rien et qui a fini par employer des centaines de personnes dans ses différentes entreprises. De la fabrication de bicyclettes à la fournitures de "harasses", ces châssis d'emballage pour la livraison de motos (jusqu'à sept scieries travaillaient à celà) en passant par l'usinage d'obus, les Ets Cazenave n'ont cessé de se développer. L'une des innovations dont cet homme semble le plus fier est d'avoir créé le chariot monté sur pneumatiques (ci-dessous), mais dans ses mémoires, il n'a pas un mot pour évoquer la construction de motos. Selon Moto Revue, c'est Guy son fils aîné qui avait la charge de cette production.  

cazenave sur pneus 18.57.04

Après des débuts plutôt difficiles, Louis Cazenave présente au début des années 20 sa première moto légère (très), équipée d'un moteur SICAM apparu vers 1921. (La SICAM = Société Industrielle de Construction d'Automobiles et de Moteurs exploite les brevets de Marcel Violet). Dans un ancien numéro du Motocyclettiste, le 19, du Printemps 1980, Philippe Jacquier a communiqué le fruit de ses recherches dans les ateliers de la marque auxquels il a eu accès à Belin. Quelques plaques photo négatives en mauvais état lui ont permis de connaître un peu mieux la production motocycliste de Cazenave. Outre la SICAM, il y eut une plus moderne machine avec fourche à parallélogramme (moteur ?) ainsi qu'une 100 ou 125 à moteur Chaise deux-temps. Une 175 à moteur Moussard semble avoir été la plus grosse cylindrée de l'entre deux-guerres, probablement en 1928. C'est celle dont Philippe Jacquier a retrouvé une illustration publiée dans le Motocyclettiste et elle est semblable à celle qu'Olivier a shootée à Saintes.

Gnome réservoir

Un décor de réservoir Gnome-Rhône auquel aucun objectif d'appareil photo ne peut résister.

Peugeot tri 1050136

Un engin qui fut familier de nos villes et villages, le triporteur Peugeot (et pas TRIMOTEUR comme on le voit parfois écrit dans les gazettes dites spécialisées). Un trimoteur, c'est un avion comme le  Dewoitine D338 ou le Junker Ju 52, celui en tôle ondulée.

Soyer P1050141

Belle restauration d'une Soyer au superbe et fragile carter primaire en alliage.

Peugeot atelier 1050132

Reconstitution évocatrice d'un atelier de mécanique auto et moto des années 30, mais je ne suis pas sûr que la pompe à huile rouge sur roulettes soit en phase avec l'époque. Sujet à éclaircir...

Ducellier P1050142

Un bel accessoire qui a dû faire envie à Olivier, lui qui récupère toute lanterne, feu de position, phare pour en faire un lampadaire, un lustre, une lampe de chevet. Celui-ci était tentant mais... pas à vendre !

sb41-det-1 

On retrouve les "recyclages" d'Olivier sur http://lampygores.wordpress.com/ . Ceux de sa compagne qui, elle, donne dans les bijoux et horloges, toujours confectionnés avec des objets récupérés en brocante et détournés de leur fonction originelle, se trouvent sur http://sylolbijoux.wordpress.com/ . Le pendentif ci-dessus devrait évoquer quelque chose chez un mécanicien tandis que la bague ci-dessous est plus mystérieuse, quoique pas trop éloignée de la mécanique, du moins pour moitié. 100 000 sucettes à qui donnera sa composition.  

bague-4.jpg

En inscrivant votre e-mail dans la case "newsletter" en bas de colonne à droite de cette page vous serez prévenu par e-mail dès qu'un nouvel article sera mis en ligne : c'est entièrement GRATUIT !

Repost 0
Published by zhumoriste
commenter cet article
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 16:04

... c'est l'argument... publicitaire qu'un propriétaire d'une station-service en Angleterre avait trouvé pour attirer le chaland au moment du premier choc pétrolier des années 70. Pour tout achat d'essence, d'huile, d'un sandwich, etc, dans sa boutique, il offrait une bière ou un baiser prodigué par une jeune personne en bikini. Apparemment certains ont triché et ont bénéficié des deux... gâteries. Ou alors c'est parce que c'est un motocycliste.

Essence---chere382.jpg

En inscrivant votre e-mail dans la case "newsletter" en bas de colonne à droite dans cette page vous serez prévenu par e-mail dès qu'un nouvel article sera mis en ligne : c'est entièrement GRATUIT !

Repost 0
Published by zhumoriste
commenter cet article
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 17:52

Aux temps anciens de la chevalerie, le vainqueur d'un tournoi remportait la main et le cœur d'une demoiselle dont il avait défendu les couleurs. Cette tradition "édulcorée" s'est perpétuée longtemps dans bien des domaines sportifs. Ainsi dans les courses de motos où l'on a connu les Miss Moto, Reine de la Moto et autres Marraine de la moto. Chargée de remettre le traditionnel bouquet de fleurs avec une bise au gagnant, elle avait ensuite droit à un tour du circuit en selle derrière celui-ci. Émotions garanties !

Honda Rougerie Bol 1969

Sur la Honda victorieuse, Michel Rougerie avec une amie (?) au Bol d'or 1969. Si quelqu'un la reconnaît... (Photo F-M Dumas Minolta 50 mm). 1938 jasmine Blighhu028237

En 1938, Miss Jasmine Bligh teste malgré elle la maniabilité d'un sidecar Triumph

Tour Guzzi Marseille376

Mlle Tavan (?) sur une Guzzi qui semble avoir vécu (guidon en vrac), mais gagnante d'un gymkhana près de Marseille en 1950.

Tour baselis Lille379

Même le moto-cross avait ses Miss comme ici dans le nord de la France où l'une d'elles est enlevée sur cette Gillet (?) menée par le pilote lillois Baselis qui fit quelques incursions à Montreuil dans les années 45/50.

Tour moto cross374

Deux courageuses demoiselles prêtes au départ dans des tenues fort estivales. Pilotes non identifiés, mais je vote à 75 % pour le Nantais Jean Hazianis à droite, bien qu'il ait fait sa brillante carrière principalement sur des Gold Star.

Tour fergus Anderson375

Le Britannique, c'est bien connu, se dévergonde lorsqu'il est à l'étranger. À Pau, en 1953, Fergus Anderson essaie de pousser sournoisement son avantage auprès de l'élégante Miss. Il n'est pourtant que deuxième derrière son compatriote Tommy Wood (250 Guzzi) au premier plan. 

Tour Oliver Norton Drion377

Toujours à Pau en 1953, Eric Oliver tente de déborder son compatriote Anderson auprès de la même Miss décidément mise à contribution ! La scène se tient sous l'œil de Stanley Dibben (casqué), passager d'Oliver, et reçoit l'approbation amusée d'Inge Stoll la passagère de Jacques Drion (à droite) arrivé deuxième. La Norton 62 est celle d'Oliver, caractérisée - entre autres sucreries - par des fixations particulières de l'axe de roue avant.

Tour paba Marseille Nort378

Antoine Paba sur Norton au Grand Prix de Marseille en 1955. Toute une époque bien rendue par l'allure des organisateurs sportifs...

Tour Collot Norton380

Encore une victoire pour Jacques Collot avec une passagère nullement impressionnée ! (Circuit inconnu).

Femme-tour-d-honneur-ama-pro-flat-track-springfield-mile-wi.jpg

La tradition se perpétue Outre-Atlantique où femme et enfants sont de la fête ! (Photo Dave Hoenig).

Repost 0
Published by zhumoriste
commenter cet article

Présentation

  • : Z'humeurs & Rumeurs
  •      Z'humeurs & Rumeurs
  • : La moto et ses (larges) à-côtés
  • Contact

N'oubliez pas que...

... en inscrivant votre e-mail dans la case ci-dessous, vous serez prévenu instantanément par un message dans votre boîte de la parution d'un nouvel article. 

Recherche

Archives

Pages

Liens