Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 13:50

BolDor1949.jpgOubliées les mauvaises manières de l'an dernier qui avaient conduit à un Bol d'or sans ses vedettes ! Celui de 1949, revenu à Montlhéry, sera d'un bon millésime quoique bien arrosé par un ciel que connaît bien quiconque a fréquenté l'autodrome plus d'une fois dans sa vie... 57 pilotes au départ, 37 à l'arrivée mais au profit d'un public rare, ce qui sera toujours la malédiction de Montlhéry sauf depuis les "revivals" et autres manifestations contemporaines. Parmi les concurrents de 1949, quelques vieilles branches qui ont connu les Bol des années trente et sont devenus depuis "accros" au béton, un béton pourtant bien lézardé.1949-Bol-Venin-Sarolea926.jpgParmi eux Fernand Venin, une légende de Montlhéry comme sa machine non moins légendaire, une 500 Saroléa ex-Monneret, un équipage auquel on rend hommage ici. La Saro a un nombre incalculable d'heures de vol mais il la bichonne et la couve à l'égal d'une moto du dernier Salon de l'année. À quelques heures du départ, il est ici sur la piste avec tout son matériel pour 24 heures : jerrican de carburant, 8 bidons d'huile (ça croque ces mécaniques !) avec l'un d'eux découpé pour la vidange, la cantine ex-militaire contenant l'outillage et les pièces, le casier à bouteilles de lait (mais pas que) et enfin le casque protégé sous un vieux pull-over. 1949 Bol Venin Sarolea 2927Le contre-champ de la photo précédente prouve qu'on est bien en 1949, les 4 et 5 juin, comme indiqué sur l'affiche du Bol. La réfection des stands en béton trop abîmés a obligé à une construction provisoire d'une "tour de contrôle" en véritable bois d'arbre, tous comme les stands "provisoires" des concurrents.

1948 Venin Saroléa Bol d'orPhoto hors-sujet car découverte depuis la publication du sujet "Bol d'or 1948" (1er mai 2012), mais l'occasion est trop belle de montrer la machine de Venin avec ses amis à l'issue de l'épreuve de 1948. Cette année-là il dut abandonner au bout de la 23 ème heure !  

1949 Bol départ925Joyeux foutoir quelques secondes après le départ donné par Eugène Mauve (à gauche, avec en mains la hampe de son drapeau près du n° 14, Rossignol sur Matchless). Le numéro 6 est Sutra (500 Triumph), le 72 est Valeyre (125 AMC), le ?3 sur NSU pourrait être Poisson du M.C. de Puteaux, la combinaison blanche habille un gendarme sur 350 Matchless, l'une de celles préparées par Rossignol. Le 50 est Pahin Marcel (Automoto 175) qui est "cornaqué" au stand par son frère Robert. À vous de mettre un nom sur le pilote de la numéro 1.

1949-Bol-depart-2929.jpgSous un ciel menaçant, et au bénéfice d'au moins 12 spectateurs (!) Georges Monneret a déjà fait le trou avec le peloton : l'habitude des Grands Prix ! Il pilotait l'une des quatre Sertum 250 bloc-moteur engagées par l'usine italienne déjà présente au Bol précédent.

1949 Sertum OHV Bol d'or585Au bout de la 15ème heure, la culbutée de Georges rendra l'âme après avoir connu de multiples avaries, soupape grillée puis embiellage détruit. Les deux autres Sertum, également à soupapes en tête, aux mains des Italiens Benzoni et Francone, abandonnèrent elles aussi et beaucoup plus tôt que celle de Monneret (11 ème et 10 ème heure).

1949 Bol Monneret SertumStyle impeccable de Georges Monneret, rapide et soucieux de son confort amélioré par un énorme sac de réservoir rempli de mousse alvéolée sur lequel il reposait le buste.

1949 Bol NSU923Parmi les 250 opposées aux Sertum, on remarquait trois N.S.U. (au moins) issues de la 251 OSL ex-armée allemande. Toutes étaient profondément transformées, telles celle de Marchand, qui se permit de talonner parfois la Sertum de Benzoni. Sa Spéciale Rontex était dotée d'une autre culasse et d'une boîte Albion avec sélecteur double-branche. Réservoir et arrière du cadre - rigide - ne sont plus d'origine. Un travail ordinaire dans ces années pauvres en machines compétitives, disponibles et... abordables. 

1949 Bol Monneret Pierre931La seule Sertum à soupapes latérales de l'usine avait été confiée à un "débutant" nommé Monneret Pierre. Un débutant qui allait faire une carrière impressionnante bien aidé par les conseils d'un père expérimenté. Sa latérales connaîtra aussi quelques sérieuses pannes, mais elle restera en piste jusqu'à la 22 ème heure avant de casser son embiellage.

1949 NSU Juigne Bol d'or586Autre transformation à base de N.S.U. 251 OSL réalisée par Juigné (M.C. de Touraine) qui s'est construit une suspension oscillante bien conçue. Il s'est aussi fait remarquer en moto-cross avec une OSL, peut-être la même que celle utilisée en circuit de vitesse (?). Plus tard on le verra au Bol sur une 350 Douglas.

1949 Bol Automoto924Après la victoire de Lefèvre, Moto Revue fit sa couverture sur l'homme et sa Norton, mais, publicité oblige, c'est Pahin et Automoto qui sont sur la "photo ronde" du numéro suivant. Vieux routier de la course tricolore, Marcel Pahin avait eu son lot de pépins dans ce Bol. Attache de selle cassée, il fallut démonter le réservoir pour une soudure qui cassa à nouveau. Crevaison au fond du circuit des 6 km. Puis une erreur d'entente avec son stand provoqua une panne d'essence dans la ligne droite après le raccordement avec le routier : 5 km à pied pour rejoindre son stand ! Il terminera premier des 175, mais derrière quatre 125...  1949 Gima Pub Bol d'or587... dont celle du premier, Mathieu qui le bat de 162 km soit 27 tours du circuit. Petite consolation, c'est A.M.C. qui était le motoriste des deux machines. 

1949 Ydral Bol d'or584Impossible de connaître la marque de cette 125 à moteur Ydral pilotée par Groslier, au motif que les performances des "amateurs" ne devaient pas pouvoir (éventuellement) être des supports de publicité pour une quelconque usine. Le refroidissement du deux-temps était déjà à l'ordre du jour, de même que la consommation. Groslier est allé au terme de ses 24 heures de roulage sur cette selle ce siège succinct...  Mais le plus courageux, ou le plus inconscient dans la catégorie, a été Mabillat qui a couvert 178 tours en 24 heures. C'est peu, bien sûr, mais c'était sur un Derny 100 cm3 sans suspension d'aucune sorte, ni à l'arrière ni à l'avant !

1949 Bol DKW 125922En moto-cross, en vitesse, en endurance, la 125 DKW était mise à toutes les sauces. Cette deux-temps gourmande pilotée par Saint-Giron, lui aussi un "amateur", avait reçu un réservoir supplémentaire et embarquait une bougie de rechange (toujours prévoir la fatale "perle") vissée tête en bas dans un support spécial fixé au tube avant du cadre.

1949 Bol Maucourant921Spécialiste du deux-temps de petite cylindrée, qu'il accommode à sa manière (voir culasse de 30 cm de diamètre) Maucourant n'a pas été aussi brillant que par le passé. En cause, des soucis de boîte à vitesses dès le départ qui l'ont obligé à mécaniquer pendant une heure à son stand. Il repartira avec 9 tours au compteur alors que le futur vainqueur des 125 en totalisait 23, une différence qu'il ne poura pas combler, terminant troisième.

1949-Norton-Lauer-Bol-d-or-bis.jpgMême les 500 Norton ACT des deux premiers connurent quelques ennuis et Lauer (ci-dessus) eut bien du mal à se débarrasser de la BMW de l'adjudant Massiot (Gendarmerie Nationale) qu'il ne devança que de deux tours. Rien n'est signalé du côté de Lefèvre, le grand vainqueur, qui révèlera cependant, bien des années plus tard, qu'il avait subi trois ruptures de cadre en trois endroits différents ! L'une d'elles fut réparée au stand par Clément Garreau (importateur Norton) qui inséra une tige filetée dans le tube de selle et la bloqua par deux boulons aux extrémités. On remarque effectivement sur le tableau de marche des coureurs qu'entre la 9ème et la 10ème heure, la Norton n°1 n'a effectué que 6 tours au lieu des 16 habituels. Après quoi Lefèvre repartit de plus belle, reprenant ses 16 tours horaires. 

1949 MGC Bol d'or583"L'important est de participer", soit, mais il fallait avoir un moral d'acier pour s'engager en 600 sidecar avec une moto des années 30, aussi belle et originale soit-elle ! Elle roula tout de même durant 8 heures.

1949 Bol Venin Sarolea 3928Où l'on retrouve notre Fernand Venin qui termina son Bol bien qu'il ait fait peur aux organisateurs et au public (clairsemé). C'est qu'il avait monté sur sa Saroléa un moyeu arrière suspendu (Triumph ?) qui occasionnait une tenue de route par trop louvoyante. Au point qu'il fut forcé de s'arrêter et de le démonter sur ordre.

1949 Bol Venin portrait932Un sympathique portrait d'un homme qui d'habitude ne souriait guère bien que légèrement pince sans rire. Lors d'un Bol d'or, il se coiffa d'une cloche à fromages par- dessus son casque afin de combattre la pluie battante...

1949 Bol arrivée930Une fois encore, et sous un ciel toujours aussi peu engageant, Eugène Mauve abaisse le drapeau à damier devant Gustave Lefèvre. Un quasi-rituel qui se renouvellera de nombreuses fois.

1949 Lefèvre Bol 1949Lunettes sur le front (des Mark VIII, sinon rien !), Garreau félicite son pilote alors que Patrick Lefèvre, le fiston sur le réservoir n'a pas l'air plus heureux que ça. Peut-être se disait-il alors :"Un jour, je serai kalife à la place du kalife !

 En inscrivant votre e-mail dans la case "newsletter" en bas de colonne à droite de cette page vous serez prévenu par e-mail dès qu'un nouvel article sera mis en ligne : c'est entièrement GRATUIT !

Partager cet article

Repost 0
Published by zhumoriste
commenter cet article

commentaires

gerard 21/11/2013 23:19

Bonjour,
Qui a connu le coureur Roger Boucher qui avait préparé une new map 125cc pour le bol d'or 1949 et qui avait été présentée dans un moto revue de la même année?
Merci

zhumoriste 26/11/2013 18:57



L'appel est lancé, mais c'est bien loin tout ça.



roro 06/05/2013 12:41

bonjour
merci encore pour nous faire partager tes archives
Concernant la spéciale RONTEX j'ai un ami qui l'a bien connu et m'a raconté que la boutique etait une vulgaire construction en planche de récupération couverte en papier goudronnée,.que les
capacitées mécaniques du pere Rontex etaient trés limités
Il possedait un vaste terrain derriere la boutique ou etait installé une casse auto (capacité de 10 à 15 voitures) et alla meme louer un cabanon dans le haut de son terrain pour y entreposer des
vieux journaux de reclames jusqu'au jour ou un incendie se déclara
As tu des photos de la boutique???

zhumoriste 14/05/2013 11:19



Je n'ai rien de plus sur le bonhomme et je me demande si c'est le même - ou son ancêtre - qui, vers 1905/06 a présenté sous le nom de tricar Ronteix une 4 cylindres F.N. dont la roue avant était
remplacée par un train directeur surmonté d'une banquette pour un passager. Je crois même qu'il y a eu une carte postale représentant cette machine "Mototricycle Rontex". Il en était déjà
question dans "La motocyclette en France. 1894-1914", mais je n'ai pas avancé depuis dans la connaissance... (À l'époque son nom s'orthographiait RONTEIX, mais ce pouvait être un coquille
typographique !).



Présentation

  • : Z'humeurs & Rumeurs
  •      Z'humeurs & Rumeurs
  • : La moto et ses (larges) à-côtés
  • Contact

N'oubliez pas que...

... en inscrivant votre e-mail dans la case ci-dessous, vous serez prévenu instantanément par un message dans votre boîte de la parution d'un nouvel article. 

Recherche

Archives

Pages

Liens