Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 18:32

Contrairement à ce que j'ai écrit dans mes premiers articles, Buchet a bien fait de la publicité sur ses productions dès ses débuts. Mais il ne la confiait pas à des supports de "vulgarisation" comme La Vie au Grand Air ou La Vie Illustrée, ni même à La Vie Automobile ou L'Automobile, des revues pourtant un peu plus spécialisées. C'est à une publication bi-mensuelle beaucoup plus "pointue" intitulée Le Chauffeur qu'il confiait ses annonces, lesquelles semblent n'avoir concerné que l'automobile. Elles parurent sur une demi-page de 1902 jusqu'à la mort brutale de Buchet en 1903. Sans aucune modification durant tout la période de leur publication, cette demi-page était illustrée par sa photo au volant d'une de ses voitures. On distingue le profil du mécanicien qui se tenait, selon l'usage, sur le côté, au pied du conducteur. Le Chauffeur, revue qui se voulait très technique pour l'époque, avait pris la suite de Le Technologique, créé en 1839 par Louis Lockert dont l'épouse, Juliette, continua son œuvre avant d'en interrompre la publication en 1907.   

1902 Buchet himself en auto

On connaissait l'implication de Buchet dans les véhicules terrestres et aériens (Santos-Dumont). Il faut aussi y ajouter un épisode maritime avec cette "motogodille" de 1904 qui n'est pas comme on pourrait croire un batteur à œufs d'autruche...

1904-Buchet-motogodille682.jpg

... preuve en est avec ces deux autres photos d'une barque ainsi motorisée et qui circulait en Seine...

1904-Buchet-motogodil-3-684.jpg

... sans doute du côté de Levallois où se trouvaient installés les Ets Buchet... Cette "motogodille" a participé à la Coupe du Salon disputée en 1905 autour de l'Ile Saint-Germain (île-sœur de celle sur laquelle étaient établies les usines Renault).

1904-Buchet-motogodille-2-683.jpg Les surprises de l'histoire ne s'arrêtent pas là. Alors que j'étais en train de scanner, retoucher, recadrer les documents sur cette "motogodille", un mèle inattendu m'arrive, accompagné de photos représentant... la mécanique de cette machine pieusement conservée par un amateur averti ! Serrurier Buchet 1ATTENTION : ne pas tenir compte des parties de textes barrées qui sont corrigées dans l'article suivant du 23 février 2013.

À l'exception de quelques canalisations ici et là, la pipe d'admission (très longue, voir 1ère photo en noir/blanc) et l'allumeur, rien ne paraît manquer. Du moins rien d'essentiel qui ne puisse se retrouver aujourd'hui pour ce classique Buchet. La culasse refroidie par eau (la moindre des choses) porte le culbuteur d'échappement avec la sortie sur le côté gauche, la bougie faisant pendant à droite. En dessous, sortie (ou entrée ?) de l'eau de refroidissement. En sortie-moteur, les pignons d'angle entraînaient l'arbre d'hélice qui se plaçait dans la douille du premier plan et dont l'extrémité, de ce côté, portait un troisième pignon. Le tuyau à droite devait apporter le lubrifiant à cet assemblage, en plus d'un graisseur vissant. À gauche, un court arbre recevait une manivelle de démarrage.

Serrurier-Buchet-2.jpg  Serrurier-Buchet-3.jpg Photo de gauche : profil droit avec la soupape automatique d'admission en symétrie avec la bougie. En bas, à droite, la collerette de la pipe d'admission - Photo de droite : profil gauche et pompe à huile dite "coup de poing" avec niveau visible. La sortie d'échappement recevait une canalisation terminée par un silencieux fixé sur le tube contenant l'arbre d'hélice (voir 1ère photo en noir/blanc). 

Serrurier-Buchet-4.jpgLe robuste "berceau" permettant de manœuvrer dans le plan horizontal ou vertical.

Serrurier-Buchet-5.jpgL'ensemble tel qu'il apparaissait à son "pilote" (allumage ici absent). La "barre" de direction recevait la pile d'allumage et le réservoir de carburant (voir 1ère photo en noir/blanc). Elle se boulonnait sur la petite plate-forme du premier plan. Le court levier en bas à droite devait servir à bloquer l'appareil en position "cruise control"...

 

En inscrivant votre e-mail dans la case "newsletter" en bas de colonne à droite de cette page vous serez prévenu par e-mail dès qu'un nouvel article sera mis en ligne : c'est entièrement GRATUIT !

Repost 0
Published by zhumoriste
commenter cet article
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 15:34

D'habitude, lorsqu'on a décidé de devenir motocycliste, on s'achète une moto puis, ensuite, l'équipement qui va avec. Franco Malenotti, lui, a fait l'inverse. Ce fortuné Italien a d'abord acheté le costume - en 2004 - et après, donc maintenant, la moto. Comme il a de gros moyens, il s'était carrément payé le fabricant de costumes : Belstaff, rien de moins (revendu depuis peu). Pour la moto, il a dû consulter les petites annonces (sans doute celles du CAC 40, si ça existe) et il a trouvé une marque à vendre : Matchless ! Fondée au 19ème siècle, la marque des Frères Collier a connu un parcours cahotique. Aux dernières nouvelles, elle appartenait à une famille grecque qui l'avait acquise aux enchères en 2006 pour 45 000 livres sterling (52 000 €). Dans des temps reculés, le dernier avatar de Matchless fut une 500 avec un mono 4 soupapes Rotax qui a même été importée en France. On la devait à Leslie Harris, l'homme qui mena au tombeau les Triumph "Bonneville" dernière époque (1988). J'ai eu l'insigne privilège d'essayer une Matchless pour une revue de motos anciennes, dans une autre vie vers la fin des années 80. Souvenirs mitigés dans l'ensemble, mais peu enthousiasmants. À ce moment, elle était toujours construite en Grande-Bretagne, mais farcie de quelques bricoles italiennes : fourche télescopique et amortisseurs arrière séparés Païoli, disque avant Brembo, tambour arrière Grimeca, jantes Radaelli, carburateur dell'Orto, silencieux Lafranconi. Pour bien lier la sauce, c'est l'allemand Magura qui avait fourni les leviers au guidon, le maître-cylindre de frein avant et les commodos. Le tout souligné d'une touche d'humour anglais : un autocollant Made in England sur le cadre...

1988 Matchless for LVAut721Au cours de mon essai, j'ai été assez content d'avoir trouvé par hasard ce fond de photo, quelque part au bord de la Marne. L'occasion aussi de me reposer le fondement malmené par des suspensions et une selle... en rodage. Cette G80 a pourtant une belle allure, mais le ramage...

1988 Matchless Rotax LVA détails 722  Extrait du prospectus d'époque. Au recto, la machine entière est présentée en couleur argent au lieu du traditionnel noir-filets or. 

C'est une curiosité britannique que ce mercato des marques qui passent de main en main depuis plusieurs décennies (BSA, Norton...) en prenant un peu plus de valeur à chaque transaction. Si on veut spéculer - quoi d'autre ? - on se demande tout de même si le nom de Matchless a encore aujourd'hui une signification dans l'esprit (l'esprit...) des nouvelles couches ? Le logo Matchless (un "M" ailé) va sans doute orner tee-shirts, casquettes, foulards, étuis de portables et autres objets de première nécessité dans ce genre avant d'orner le réservoir d'une problématique moto. Bof, après tout, ce sera aussi plaisant à regarder que les ineptes "I love NY" ou "I'm Happy" sur les fringues de nos ados.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Autres "plumes du paon" très anciennes

Une tribune libre édifiante sur certaines pratiques dites "sportives" et qui n'a pas dû faire plaisir à tout le monde. Publiée dans La Revue des Agents, une publication corporatiste (10 juin 1932). On retrouve souvent la signature de Maurice Krebs dans diverses revues motocyclistes des années 20/30, mais sans pouvoir discerner clairement son statut : Journaliste ? Motociste ? Coureur (il en parle un peu ci-dessous) ?

1935-Maurice-Krebs-parle-bandeau.jpg 

1935-Maurice-Krebs-parle-1.jpg

1935-Maurice-Krebs-parle-2.jpg

1935 Maurice Krebs par 2720

P.S. : À propos de la Ladetto & Blatto de Bergallo, Terrot s'est bel et bien servi de cette victoire dans sa publicité illustrée d'une photo quasi-illisible, et pour cause !

Repost 0
Published by zhumoriste
commenter cet article
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 17:56

Robert Guédiguian, cinéaste, producteur et tout ce qui va avec est né Marseillais un 3 décembre. C'est donc un Sagittaire, moitié-homme moitié-cheval et donc moitié-motard. Dans le supplément magazine du quotidien Le Monde (16 février), il a fait ses confidences sur le sujet. Sa passion a démarré sous de mauvais auspices, mais heureusement pour lui (et pour nous) il a rétabli la situation en beauté, tout son œuvre est là pour le prouver... Pour une fois que Le Monde fait une place à la moto, on n'allait pas rater ça ! On l'écoute, parlant à Jérôme Badie :  

"Aussi loin que je m'en souvienne, j'ai toujours voulu posséder cette moto BMW 50/2 de 1961. Déjà, lorsque j'avais 6 ou 7 ans, elle m'impressionnait. C'était l'engin des policiers, que l'on appelait "les anges de la route". Ils portaient d'épaisses vestes en cuir et, bien que je n'aie jamais voulu travaillé dans la police, je dois dire que leur uniforme, leur casque blanc vissé sur la tête et leurs bottes noires sous le genou me plaisaientCapture-d-ecran-2013-02-16-a-19.14.43.png beaucoup. J'aimais la tenue très droite que cette moto impose. J'en aimais aussi le bruit, celui d'un moteur quatre-temps régulier, rond, mécanique, très grave, comme le son d'un tam-tam. Dès que je voyais une moto de ce type dans la rue, je m'approchais pour vérifier si je pouvais poser les pieds par terre. A 15 ans, je n'avais toujours pas la taille requise, j'étais désespéré. Heureusement, j'ai pris 20 centimètres l'année d'après. Mon père était adepte des deux-roues et je voulais certainement lui ressembler un peu. Ma mère, bien qu'inquiète, a concédé que, si j'obtenais mon baccalauréat, je pourrais enfin l'avoir. Mon diplôme en poche en 1971, j'ai travaillé pendant les quatre mois d'été en tant que manoeuvre dans une entreprise de maçonnerie, économisant pour pouvoir me l'offrir. Mon ami Gérard Meylan - qui joue dans tous mes films - m'a amené sur son vélomoteur pour la récupérer, puis on a roulé pendant des heures sans casque, les cheveux - longs - au vent, avant de rejoindre le bord de mer. Dans ces années-là, ma moto me servait aussi d'objet de séduction. Lorsque l'on roule à deux, on est serré l'un contre l'autre, il faut synchroniser ses mouvements. Je me souviens parfaitement de l'une des premières balades que j'ai faites avec Ariane Ascaride [l'actrice, épouse de Robert Guédiguian, ndlr]. Mais aussi de de nos Paris-Marseille à la sortie du théâtre. Ariane et moi sentions alors les odeurs du Midi à mesure que la nuit s'écoulait. Je possède toujours cette moto. Lorsque je suis dessus, je ressens de l'allégresse et de la légèreté. Je retrouve mes 18 ans. J'ai l'impression que rien ne peut m'atteindre, que je suis en sécurité. Et puis, elle incarne ma vie : je préfère être en action, dans le mouvement plutôt que dans la contemplation." Propos recueillis par Jérôme Badie

photo-1308329930.jpgUne 'tite photo au cas (fort improbable) où vous ne sauriez pas à quoi ressemble une Serie2... (elle accompagnait une annonce sur le vouèbe en 2011. Elle était proposée à 4500 euros. Elle ne doit plus y être... Le portrait de R. Guédiguian ci-dessus est de Agat Film & Cie).

 

ET MAINTENANT, MOQUONS-NOUS DE NOS SEMBLABLES

Les 10 principales raisons pour lesquelles un motard en Harley ne répond pas à votre salut sur la route

10 – Il a peur que ça fasse sauter sa garantie

9 – Son blouson et la ferraille qu'il a dessus sont trop lourds pour lever le bras

8 – Il refuse de saluer quelqu’un dont la bécane est entièrement payée

7 – Il a peur que s'il le lâche le guidon les vibrations le démolissent

6 – Il a peur que le vent arrache les croûtes de ses nouveaux tatouages

5 - Il est en colère parce qu’il a dû prendre un nouveau crédit pour payer la taxe de luxe sur sa nouvelle Harley

4 – Furieux parce qu’en lisant les petits caractères de son manuel il a découvert que Honda possède une partie de Harley.

3 – Il ne sait pas si « l’autre » le salue ou s’il se gratte l'oreille comme tout un chacun.

2 – Il se rappelle que la dernière fois qu’un Harleyiste a répondu à un salut, il s’est planté la main sur son casque à pointe.

1 – Il sont trop fatigués par les heures passées à astiquer des tas de chromes pour pouvoir encore lever le bras.

Texte d'origine américaine, traduit avec l'aide efficace et bienvenue de François-Arsène.

Repost 0
Published by zhumoriste
commenter cet article
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 15:41

Le 2 octobre 2012 le Zhumoriste a publié un article sur les Ets Guerry & Bourguignon dont voici le magasin Guerry du 116, boulevard de Grenelle à Paris (XVè). On ose espérer que la partie "Bourguignon" de cette association était mieux lotie que celle-ci, peu en rapport avec l'abondante publicité imprimée sur les productions de la marque. Il se peut également que cette carte postale représente le magasin Guerry avant (ou après ?) le rapprochement avec Bourguignon. Pourtant, le tricar dont on aperçoit l'avant, à droite, paraît bien être celui qui figure sur les catalogues publiés dans l'article pré-cité...

Guerry-magasin561.jpg

 

On saute une ou deux décennies, voire plus, et on saute aussi dans l'inconnu. Seul repère, une Motobécane à l'arrière-plan qui semble être la première de la marque, donc début années 20. Je laisse à quelque connaisseur plus doué que moi le soin de dater la Douglas.

Magasin X... Douglas

 

On arrive aux années 30 chez Marcel Perrin, au 50, avenue Edouard-Vaillant à Boulogne-Billancourt (ci-dessous). Le magasin s'agrandira après la guerre mais restera longtemps consacré à la moto. Pilotant une OK-Supreme 250 ACT, Perrin sera vainqueur de sa catégorie au Circuit de l'Autoroute à Saint-Cloud, l'une des premières épreuves disputées au lendemain de la Libération.  

Magasin Perrin715

 

Chez Gilbert Guignabodet, deuxième d'une dynastie vouée au deux-roues (ici 2ème à gauche) devant son premier établissement situé à Chelles, en Seine-et-Marne. Les machines mises en évidence étaient alors des fleurons de chez Terrot.

Terrot 500 Magasin Guignabodet bis

 

J'ai perdu la source de cette photo qui, de mémoire, représenterait le concessionnaire (le siège ?) de Elie Huin à Clermont-Ferrand, lieu de naissance de cette marque. Faute de Studebaker à vendre, moto ou motocar (Rovin) feront l'affaire des amateurs. Bien oubliée aujourd'hui, Elie Huin tint sa place dans de nombreuses épreuves d'endurance et rallyes nationaux.

Magasin-Elie-Huin714.jpg

 

Un nom bien connu dans une rue parisienne à déterminer car Murit (La-Moto-c'est-Jean-Murit), s'agrandissant sans cesse occupa plusieurs adresses successives dans la capitale puis en banlieue.

magasin Murit712

 

Sous réserve, les Ets Savoye à Grenoble, très impliqués dans le commerce des Mondial italiennes que Benjamin Savoye mena souvent avec succès en compétition. Le "patron" est ici sur un 49,9 qui en fit rêver plus d'un ! (Photo Le Progrès, Lyon).

Mondial magasin Savoye

 

Avant d'être à la tête d'une très grosse concession Harley-Davidson, Robert Leconte s'intéressa aux Royal Enfield puis Velocette (Importateur même ?). Dans son magasin parisien de la rue de Vouillé (ci-dessous) il représentait alors sept marques.

magasin leconte713

En inscrivant votre e-mail dans la case "newsletter" en bas de colonne à droite de cette page vous serez prévenu par e-mail dès qu'un nouvel article sera mis en ligne : c'est entièrement GRATUIT !

Repost 0
Published by zhumoriste
commenter cet article
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 11:35

1955 Geno-Clymer CYCLE july 1955 705

 

Au vu de cette annonce, je pense que vous avez compris la manœuvre. Rappelons seulement que Floyd Clymer (1895-1970) était un fou de moto dont il a fait le commerce toute sa vie. Quelque part il a raconté qu'il avait vendu sa première machine à l'âge de 13 ans... mais c'était une automobile, alors qu'il était le plus jeune concessionnaire Ford des États-Unis ! Il fut aussi un pilote motocycliste de grand talent, éditeur de magazines et de livres et manuels techniques sur la moto et même "constructeur". Vers la fin des années 60, il avait entrepris de ranimer Indian en vendant sous cette marque des machines équipées de moteurs Royal-Enfield ou Velocette et dont la construction était sous-traitée (en Italie ?). Il était aussi propriétaire du grand magazine "Cycle" de la côte ouest des États-Unis dont est extraite cette publicité de 1955.

(P.S. : selon cette annonce, le Geno-Clymer était émaillé en blanc, ce qui ne semblait pas être le cas du modèle mis en vente par Barber Auctions (voir article du 28/01/2013). En France, le Géno était peint en noir ou marron foncé, donc ce Géno californien est peut-être un "vrai" venu de France).

Repost 0
Published by zhumoriste
commenter cet article
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 16:24

La recherche permanente met à jour (et presque chaque jour...) de nouveaux éléments complémentaires sur des constructeurs peu connus. Ils seront publiés "selon grosseur" chaque fois que ce sera possible... et, bien entendu, intéressant. En voici quelques-uns sur une marque déjà traitée ici.

1924-De-De-RMoto674.jpg

Une demi-page de publicité parue dans la Revue Motocycliste en 1924 faisant état de 3 modèles, tous avec le même moteur.

1924 Dé-Dé RMoto solo675

Agrandissement du document ci-dessus qui permet de voir le côté gauche de la machine 175 présentée côté droit dans le catalogue Salon 1924 reproduit dans l'article du 23/12/2013. Le dessin du tuyau d'échappement n'aurait pas été désavoué par Dubout ! En compétition (rallye, endurance), ce tuyau partait en ligne droite jusqu'à l'aplomb de la poulie-jante.

Dé-Dé pilote jeune581Un pilote au costume russe de fantaisie qui semble monter une Dé-Dé de 1926 à transmission par courroie sans boîte à vitesses. 

duten110Deux dessins (Moto Revue) du moteur Duten qui tant intrigue. L'admission semi-rotative est assurée par l'orifice (ci-dessous) pratiqué dans la queue droite du vilebrequin ainsi que par "une lumière supplémentaire positionnée légèrement au-dessus du point mort bas" (cette dernière citation est extraite du 'Dictionnaire Illustré des 600 marques Motocyclistes de Paris et de la Seine' par Bernard Salvat - Éditions 'Histoire & Collections'). 

duten210Le moteur Duten a été utilisé par deux membres du Trio Guerre (dont une femme, à gauche), autant qu'on puisse en juger par cette publicité double-page parue dans Moto Revue.

Pub-moteur-Duten-1927---Detail-motos.jpg

Dans l'article Dé-Dé, il était question sur la 250 Duten de 1931 d'un cadre de construction particulière et qu'un lecteur a pu reconnaître puisqu'il l'a trouvé dans une machine motorisée par un Terrot latéral.

Dé Dé 208

Dé Dé cadre moto 002La partie supérieure en acier matricé est bien signée Evrard, mais on peut également la trouver ailleurs car ce constructeur a fourni des parties-cycle à plusieurs autres marques. Une pratique courante à l'époque où certains étaient spécialisés dans les fourches, les réservoirs, les roues, les boîtes à vitesses, voire la fonderie de pièces de moteurs (carters).De-De-005.jpg

Selon la liste du prix des motos publiée par Moto Revue en octobre 1927, cette page d'un catalogue généraliste non identifié se situe à la même époque. Ce document m'a été transmis par un lecteur qui désire rester anonyme  (ce faisant, j'espère ne pas attenter à la propriété intellectuelle d'un auteur non-identifié qui, comme chacun sait, est protégé par l'article L111-1 modifié par la loi n° 2006-961 du 1 août 2006 - art. 31, publié au Journal Officiel de la République Française du 3 août 2006 - Sait-on jamais ce qui peut arriver dans ce monde devenu si procédurier...).

Dé Dé liste 1-005

À tout hasard, un agrandissement (un peu) plus lisible d'une partie de la page précédente.

Dé Dé liste 2-005

Deuxième partie et suite de la colonne précédente.

1928 Dé-Dé PUB711L'une des dernières productions purement Dé-Dé en 1928 est cette 350 dotée d'une transmission par arbre, nouveauté technique devenue la coqueluche de ces années-là. C'est Lardy, qui plus tard deviendra Ydral, le fournisseur de ce "moyeu à engrenages" selon les termes du temps. 

1928 Dé-Dé arbre Moussar708Le nom du constructeur de la boîte accolée au moteur Moussard n'est pas indiqué dans l'essai (le seul ?) publié par la presse, Moto Revue pour ne pas la nommer. La photo ci-dessous illustrait l'article de Max End (Max Enders) l'essayeur qui, effort notable, prend la précaution dans sa description d'indiquer "Transmission par arbre et joint à la Cardan". Un souci de précision qui s'est bien perdu dans le temps... 

1928 Dé-Dé arbre gauche710

En inscrivant votre e-mail dans la case "newsletter" en bas de colonne à droite de cette page vous serez prévenu par e-mail dès qu'un nouvel article sera mis en ligne : c'est entièrement GRATUIT !

Repost 0
Published by zhumoriste
commenter cet article
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 16:43

2011-montlhery-vintage-revival-708La magie de Montlhéry est toujours aussi active à voir le nombre d'étrangers inscrits à cette réunion qui prend rang parmi les grandes classiques. La liste des pré-engagés en piste de la catégorie motos (avant 40) comprend environ 75 % de machines belges, britanniques, allemandes, italiennes, suisses (espagnoles, heu... pas d'espagnoles ?), tchèques, etc. Auxquelles il faut ajouter celles de la partie exposition statique (liste des inscriptions toujours ouverte), alors que les plateaux "piste" sont complets, bien qu'ils soient déjà une trentaine de prétendants en liste d'attente, "espérant" des désistements.

McEvoy IMG 4411b.gif-beaComme en 2011, les grands musées européens seront fournisseurs de raretés telle cette McEvoy d'une rare élégance qui viendra du Musée d'Hockenheim.McEvoy moteur gaucheIndépendante d'Anzani-France, la British Anzani Engine Company était issue de l'agence Anzani londonienne établie en 1912 qui commercialisait moteurs d'avions et pièces de rechange produits en Grande-Bretagne. Au lendemain de la première guerre, le marché de l'aviation se trouvant réduit, British Anzani lança un programme de moteurs destinés à divers usages dont ce 1000 bicylindre en V culbuté de 1925-27. Il est signé d'Hubert Hagens un ingénieur-pilote belge qui avait rejoint la British Anzani durant les hostilités.1909 Torpedo Racing CZ 1640 cm3 cadréeLa République tchèque nous enverra une réplique de Torpedo à 4 cylindres en éventail avec admission semi-culbutée et allumage par deux magnétos logées devant et derrière le carter-moteur. Cette création de MM. Frantisek Trojan et Alois Nagl figurait au catalogue de leur firme en 1909. Elle valait alors 1800 couronnes soit environ 300 de plus qu'une bicylindre en V de même marque. 

Becognee-750-JAP-1929.jpgÀ Montlhéry, on est prié de laisser ses œillères au vestiaire car sous le capot d'une "caisse" peut se cacher un moteur parfaitement motocycliste. Ainsi ce cyclecar Bécognée est motorisé par un 750 JAP latéral bicylindre en V que bien des motards peuvent lui envier.

Indian 8 valves Yesterdays Capture28.54Pas de journée réussie sans une Indian de "motordrome" (piste). Il semblerait même qu'elles seront plusieurs !

ABC 1913 Brooklands MuseumLe Musée de Brooklands est un "partner" du Vintage Revival et à côté de quelques monstres à 4 roues dont il est riche, nous aurons le plaisir d'admirer une "ABC d'avant ABC". C'est le modèle qu'on n'a (peu) connu en France, avec un flat-twin longitudinal. 

Nougier 500 2ACT 1937La 500 Nougier double ACT de 1937 sera aussi de la fête (Écurie Souvenir Nougier). 

Ragot Compresseur 4 cylBeaucoup plus fort que la mythique "Nessie", le monstre du Loch Ness : la "Casimir et Charles Ragot" à compresseur de 1923 (?) qui n'a sans doute jamais revu une piste depuis lors. Une 4 cylindres française avec des morceaux d'américaine dedans.

Buchet 1000Encore du Musée d'Hockenheim, une 1000 à moteur Buchet avec échappements à culbuteurs. Il se dit qu'elle ne serait pas seule de son espèce à Montlhéry.

Vintage 2013 affiche d’écran 2012-10-14 à 12.35.43

Repost 0
Published by zhumoriste
commenter cet article
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 16:32

... OU EST-CE RÉTROMOBILE QUI N'AIME PAS LA MOTO ?

BMW R32 AntiguasPour ceux qui ont suivi régulièrement ce rendez-vous d'année en année, la réponse fait de moins en moins de doute car la proverbiale peau de chagrin s'est encore réduite en 2013. Les seuls fidèles étrangers qui nous présentent des raretés - onéreuses, certes, mais souvent jamais vues en France - ces Espagnols de Motos Antiguas, donc, étaient cette fois ratatinés sur à peu près 15 mètres carrés. Là-dessus ils ont dû "entasser" : un tricar Phoenix 1906, un tricycle De Dion, une Harley 1200 latérales de 1946, une 4 cylindres Pierce Arrow, une Velocette 1936, une New-Hudson 1927, une BMW R 32 (la toute première munichoise !) et une autre BMW culbutée (R37, 47 ou 57 ?), plus une chaise et un guéridon ! On me répondra qu'il s'agit de professionnels et qu'en mettant la main à la poche ils se payaient plus d'espace. Certes, certes, mais d'autre part le visiteur (à 14 €) a le droit de voir des machines exposées dans des conditions normales de visibilité, qu'il s'agisse de voitures ou de motos. Un Salon est une organisation qui coûte, c'est entendu, encore qu'on n'ait pas connaissance d'une faillite dans ce genre d'activité, mais c'est à l'organisateur de fixer un seuil d'occupation raisonnable. L'affiche et tous les éléments d'information autour de l'événement mentionnent : "RETROMOBILE Auto-Moto-passion". Cherchez l'erreur...BMW R32 frein AR AntiguasEn 1924, le moteur BMW R32 était particulèrement moderne, mais la partie-cycle n'était pas au diapason comme d'ailleurs chez énormément d'autres constructeurs. Ainsi de la pédale de frein arrière longue, donc progressive, mais commandée au talon et pour faire frotter un patin dans la poulie-jante arrière...

BMW R32 frein AV AntiguasAlors que l'avant bénéficiait déjà d'un petit tambour... Mais comme à l'époque le frein avant était considéré comme "le frein du désespoir", tout un programme...

Helica personnagesEn guise de consolation, on avait tout de même de quoi s'instruire avec des véhicules à 4 roues, mais oui, même s'il est peut-être exagéré de parler là d'automobile ! C'est qu'on trouve aussi dedans des vrais morceaux de techniques motocyclistes, et non des moindres puisqu'il s'agit d'ABC, JAP et Anzani. Les Hélica du sieur Marcel Leyat (ci-dessus, à gauche) n'ont pas besoin d'une longue description. Elle ont suscité, et suscitent encore une abondante littérature depuis leur création en 1920. Mais la connaissance "de visu" dépasse ce qu'on a pu en apprendre par les livres. Déjà on a peine à croire que la direction s'effectue par l'essieu arrière, monté sur cheville ouvrière, qu'un volant "automobile" actionne au moyen de câbles avec poulies, renvois, etc. Des tambours de freins commandés aussi par câbles sont montés sur les seules roues avant. Plusieurs versions étaient réunies à la Porte de Versailles (grâce à la générosité de GEFCO, société de "Logistics for manufacturers", soit Groupages Express de Franche-Comté, si vous parlez français), un parrainage appréciable pour ces encombrantes machines pas faciles à caser sur un stand avec (enfin) de l'espace autour.

Helica la porte d'entrée"Donnez-vous donc la peine d'entrer" (image extraite du livret de présentation de l'Helica)

Héli Anzani entiereSauf erreur, car certaines des Hélica exposées sont très carénées, la motorisation vient de trois constructeurs : ABC, Anzani et l'inévitable JAP. Tous sont des bicylindres en V à refroidissement par ailettes et dans des cylindrées allant de 1100 pour les ABC à 2000 (Anzani). 

Helica Anzani carbuGrosses gamelles de 1000 cm3 chacune sur cet Anzani, mais distribution par soupapes latérales, comme sur les motos d'entraîneurs de ce constructeur afin d'obtenir plutôt du couple à bas régime que de la puissance dans l'absolu. La vitesse maximum annoncée par M. Leyat était de 70 km/h, assez raisonnable pour un engin qui ne dépassait pas les 250 kg à vide.

Helica Anzani magnétoContrechamp de la photo précédente avec vue imprenable sur les ressorts de soupapes de l'Anzani ainsi que sur la magnéto en bout de vilebrequin (un grincheux lecteur me signale que c'est "en bout d'arbre à came", le pire est qu'il a raison !). Elle est également signée Anzani, cette magnéto.

Helica Anzani AN Helica Anzani NI

D'un côté : 'AN' et de l'autre : 'NI'. Le compte y est presque.

Helica Motor-Klassik.de 2H-Serie-D21En 1920, le moteur ABC était "The most efficient aero engine in the world" selon son constructeur qui voulait sans doute évoquer son 9 cylindres en étoile de 340 chevaux ! Il en fallait bien moins à M. Leyat (ou à ses successeurs) qui se contenta d'un 1100 flat-twin culbuté. De quoi déjà se faire peur, mais pas assez pour refuser l'expérience aujourd'hui. Ainsi du magazine allemand MotorKlassik dont un journaliste essaya il n'y a guère une Hélica dans les allées du bois de Boulogne ! (Foto MotorKlassik).

ABC moteur entierOn a pu ainsi détailler ce flat-twin qui a comme un air de déjà vu... sur les motos ABC, mais dans une cylindrée réduite à 400 cm3. Ici, démarrage "à la ficelle" comme sur une tondeuse à gazon (vieux modèle), avec cette différence que chaque cylindre fait ici 550 cm3...

Helica ABC gros plan OHVC'est bien un culbuté et en voici la preuve ! La pièce en haut à gauche en bronze strié est un graisseur de l'axe de culbuteur : on dévisse, on remplit de graisse et on revisse au fur et à mesure du fonctionnement. Après, on recommence. À propos de la cylindrée, pas question d'être trop affirmatif : sur le vouèbe, ça va de 1000 à 1500 cm3...

Brough SupPour "enterrer" une belle vieille anglaise noire et chromes dans une exposition, rien de tel qu'un fond noir en tissu (Brough-Superior). En plus il y avait un pilier métallique à gauche, juste pour empêcher de prendre une photo de profil !

MV 750S Rétro 2013 Car ClassicÀ l'enseigne de CarClassic, Hubert Rigal présentait une Norton Commado et cette MV. Mais elle n'a pas dû rester longtemps aussi visible, juste au bord de l'allée. 

Vincent Black Shadow RTO 187 rétro 2013En "pendant" de la Brough vue plus haut, cette 1000 Vincent Black Shadow. Aussi mal disposée, derrière un autre poteau, noire sur noir, ça ne donne rien de bien esthétique...

Rumi Formi Bol italien ArtcurialPour compléter la visite, un coup d'œil sur quelques unes des 25 machines de la vente aux enchères Artcurial avec cet étonnant Rumi... d'endurance remarquable par son double allumage à deux bougies par cylindre (combien d'étincelles par tour/minute ?).

MV-125-sidecar-Artcurial.jpgDes couleurs qui font mal aux yeux, et pourtant ça nous vient d'Italie où l'on a tout ce qu'il faut pour vérifier l'état d'origine... Mais une étude de vente aux enchères ne fait, selon la formule habituelle, que "vendre en l'état"

MV 125 sidecar 3-4 faceMV 125 Pullman de 1955 avec son "carrozzetto"

Jawa 350 4 cyl 1968 Type 673 Rétro ArtcurialPour terminer sur du beau matériel, une 4 cylindres en V Jawa 350 Type 673 de 1968. Mondialement célèbre par son exceptionnelle technique. Tragiquement célèbre pour avoir causé la mort du si populaire Bill Ivy. Estimation 150 à 200 000 euros.

Jawa 1968 4 cyl Artcurial

------------------------------------

 

En inscrivant votre e-mail dans la case "newsletter" en bas de colonne à droite de cette page vous serez prévenu par e-mail dès qu'un nouvel article sera mis en ligne : c'est entièrement GRATUIT !

Repost 0
Published by zhumoriste
commenter cet article
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 16:24

En photo "d'ouverture" d'un catalogue, on a vu pire que cette jeune demoiselle (bien pire...). Ce qui prouve que, depuis la plus haute antiquité, on n'a jamais sollicité en vain le sus scrofa domesticus qui sommeille, paraît-t-il au fond du cœur de chaque homme (au fond du cœur, voui, voui...). En 1929 on appâtait donc le futur motocycliste avec cet argument déloyal afin de lui faire signer un chèque pour une moto choisie parmi l'une des 68 marques détaillées au long des 190 pages de ce catalogue St-Martin. À moins qu'il ne s'agisse d'une allusion (osée) à la légende de saint Martin (316-397) taillant dans son manteau pour en donner une moitié à un pauvre (une pauvresse ?). Sans chercher si loin, ce Saint-Martin avec son catalogue nous donne l'occasion d'évoquer certaines machines françaises moins connues que d'autres, en commençant à la lettre "A" comme Austral. Petit panorama qui, à l'occasion, est complété par des documents d'origines diverses et de qualité inégale.

1929-Eve663.jpg   LE PREMIER CATALOGUE CONNU D'APRÈS-GUERRE EST DATÉ  DE 1924 ET IL NE PRÉSENTE QUE CE VÉLOMOTEUR À MOTEUR P.S.        1924 Austral 125 PS6661924 est semble-t-il l'année où la marque Austral réapparaît dans le domaine motocycliste où elle était très active depuis sa naissance en 1905 (sur cette période, voir article paru ici-même le 28 août 2011). C'est avec ses tricars, de tourisme ou de livraison, qu'elle a bâti sa réputation, ponctuée d'incursions dans certaines épreuves sportives, y compris en courses de côtes. Le déclin du tricar au début des années 10 l'incita à proposer des motos à la veille de la guerre que l'on ne revit plus au lendemain de celle-ci.  

1926-Austral-La-Moto-pub-15-6-26.jpgPublicité sur une demi-page parue dans le magazine La Moto en juin 1926.

1926-Austral-La-Moto-2hp673.jpgAgrandissement de la même machine que précédemment. Comme sur le vélomoteur de 1924, on trouve sur celle-ci une fourche avant de type pendulaire avec des ressorts à lames verticaux. Le moteur est un deux-temps P.S. (Poinsard & Sivigny et non Savigny comme écrit antérieurement - Voir Commentaires) de 60 d'alésage x 60. Boîte 3 vitesses Staub. Présentation en émail noir avec panneaux cerise "du plus gracieux effet" soulignait Moto Revue.

1928 Austral Chéret667Fidèle à la marque après l'avoir été à De Rovin, Chéret remporte en 1928 une médaille d'or dans Paris-Les Pyrénées-Paris (Moteur L.M.P. à soupapes en tête). L'année précédente, il a gagné la catégorie sidecars 350 au Bol d'Or. À droite (casquette) on a reconnu un jeune Eugène Mauve, le "père" du Bol d'Or.

--------- CI-DESSOUS LES 5 MODÈLES DU PROGRAMME 1928 ---------

1928-Austral-175-Standard.jpg

1928-Austral-250-P.C.680.jpg1928-Austral-175-C-27677.jpg

1928-Austral-250-D-27678.jpg

1928-Austral-350-Sup-Spo681.jpgPlus que par les soupapes culbutées, l'appellation "Supersport" est justifiée par les deux tubes d'échappement... très à la mode de l'époque, sans vraie raison d'ordre technique.

1929 Austral st martin665

La page consacrée à Austral dans le catalogue St Martin 1929 et les mêmes détaillées ci-dessous.

1929-Austral-250-PC3.jpg

1929-Austral-250-D-27.jpg

1929-Austral-250-D27-Z-4.jpg

1929-Austral-500-GS.jpg

1929-Austral-350-V34-gros-plan.jpg

La 350 V 3 4 qui se retrouve ci-dessous avec une nouvelle appellation...

1929-Austral-feuille-sim664.jpgFeuille recto simple datée 1929.

-----------------------------------------------------------------------------------------

En inscrivant votre e-mail dans la case "newsletter" en bas de colonne à droite de cette page vous serez prévenu par e-mail dès qu'un nouvel article sera mis en ligne : c'est entièrement GRATUIT !

Repost 0
Published by zhumoriste
commenter cet article
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 17:39

2-BON-pere-noel.jpgUn Père Noël tardif resté au fond de l'ordinateur, mais ce n'était pas une raison pour ne pas le montrer. Si vous passez par là (où ?) il est probable qu'il a filé loin en laissant sa bécane sur place (réservoir Motobécane des années 50 et fourche type... Druid (genre de père Noël gaulois ?) bien plus ancienne, aussi Motobécane ?). 

4-bon-pere-noel.jpgUne vue éloignée pour faire voir son décor alentour, quelque part sur la route entre Paris et Oléron (Photos de notre envoyé spécial permanent en province. Tous droits de reproduction réservés).

1950 Tri Peugeot 2439Brave bête de somme dans la semaine, le triporteur 125 Peugeot était le très prolétaire moyen d'évasion du dimanche en attendant la magique et intouchable 4 CV (délai de livraison : 1 an). Le photographe a choisi un cadre majestueux, un peu "cassé" par le chantier au premier plan. Mais ce qui fait aujourd'hui l'intérêt de cette photo, c'est son ambiance "motocycliste" avec un sidecar et une moto qui passent dans le champ, totalement à l'improviste, ce que ne pouvait pas prévoir l'opérateur.

1950 Tri Peugeot438Mêmes personnages dans un cadre différent et toujours simple, ce qui rend d'autant plus ridicule l'utilisation du tri Peugeot dans cette mise en scène...

1950 Tri peugeot arthur elgort-Vogue 2010... réalisée en 2010 par le photographe Arthur Elgort pour Vogue Magazine et qui est censée représenter un voyage en Mongolie : wouaf ! (opinion du toutou planqué dans la caisse). 

Monet-Goyon-147-Barber-auctions.jpgL'industrie motocycliste française fait une percée aux États-Unis, et qui plus est dans le monde de la moto ancienne. On a connu la vente d'un tricycle de Dion à Las Vegas et celle de la voiture à vapeur 1884 de la même marque (3,5 millions d'euros...) dans des enchères qui relèvent plutôt de la chronique des opérations boursières que du "marché" de la moto ancienne. Il vaut mieux s'intéresser aux achats que l'on peut supposer être le fait de véritables amateurs, aimant la moto elle-même et moins pour la somme de dollars qu'elle représente (encore que...). Je n'ai pas réussi à trouver le prix atteint par cette Monet-Goyon 147 Villiers (ci-dessus) présentée par Barber Auctions, une étude spécialisée dans les véhicules anciens. Et aussi dans ce que les anglo-saxons nomment "memorabilia" qui recouvre tout l'ancien qui gravite autour de moto et auto : photos, catalogues, bidons d'huile, enseignes, etc.Geno casque USA 375 $... et par exemple un bon vieux casque Geno (aluminium peint) bien patiné et qui a trouvé un amateur pour 375 dollars. Je me souviens qu'à l'époque, on disait que si les policiers de la route n'en voulaient pas c'est parce qu'en cas de choc, le métal s'enfonçait et la boîte crânienne avec ! En conséquence ces motards protégeaient leurs neurones avec le Bayard, marque rivale qui utilisait du liège recouvert de cuir. 

magnat Debon 1929 USAChez Bonhams à Las Vegas, un amateur a mis 9890 dollars dans le commerce pour acquérir cette Magnat-Debon latérales de 1929 nantie d'un silencieux tout neuf, accessoire pas facile à trouver aux États-Unis (si vous suivez bien mon regard). 

Magnat Debon USA 13 janvier jpgSi ce n'est pas une importation récente (ou un "nanard" de Bonhams invendu en Europe...), on aimerait bien savoir comment une telle machine se retrouve dans l'Ouest américain.

1947-Oxley3Alex Oxley était un "cartoonist" anglais qui travailla dans un studio de dessins animés et aussi dans la publicité. Il est l'auteur d'une série pleine page pour Triumph publiée par la presse spécialisée durant les années 40/50 au moment du lancement des twins Tiger 100 et Thunderbird. La plupart du temps, le gag mettait en scène deux personnages (des twins ce sont aussi des jumeaux) dans des conditions insolites, dangereuses, comiques, l'un des deux disant à l'autre "Oui, mais je préfèrerais une Triumph twin", ou encore "C'est facile avec une Triumph twin". Ici, Alex Oxley s'est sans doute souvenu des "torpilles humaines" italiennes dont la Navy avait eu tant à souffrir pendant la guerre en Méditerranée et dont on a parlé ici à propos de "Motos insolites" de François-Marie Dumas (voir l'article du 14/12/2012). On en profite pour rappeler que F.-M. Dumas tient au chaud quelques-uns de ses livres à votre intention et il peut même faire l'effort de vous le dédicacer. Il vous donnera la marche à suivre et comment envoyer votre chèque sur fradange@sfr.fr

617Tjh2bKrL._SL500_.jpgCelui-ci n'est plus en librairie depuis longtemps . Dommage car on doit y apprendre des tas de choses toujours utiles avec un pareil titre : "Comment rester sexy avec des moucherons sur les dents". Et c'est écrit par une femme...

Dernière heure : à la réflexion et renseignements pris sur le vouèbe, rien à regretter. C'est beaucoup plus technique que sexy... De plus ça se vend d'occasion entre 35 et 350 euros (équivalent dollars). Y en a des qui se tripotent un peu le taux de change, m'est avis !

---------------------------------------------------------------------------------------------

En inscrivant votre e-mail dans la case "newsletter" en bas de colonne à droite de cette page vous êtes prévenu par e-mail dès qu'un nouvel article est mis en ligne : c'est entièrement GRATUIT !

Repost 0
Published by zhumoriste
commenter cet article

Présentation

  • : Z'humeurs & Rumeurs
  •      Z'humeurs & Rumeurs
  • : La moto et ses (larges) à-côtés
  • Contact

N'oubliez pas que...

... en inscrivant votre e-mail dans la case ci-dessous, vous serez prévenu instantanément par un message dans votre boîte de la parution d'un nouvel article. 

Recherche

Archives

Pages

Liens