Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 novembre 2013 5 29 /11 /novembre /2013 17:04

LA VISITE CONTINUE, EN PASSANT PAR LA SUISSE !

En plus du coucou et des banques à comptes numérotés, la Suisse a produit des motos. Si on connaît les Condor, Motosacoche et autres Moto Rêve le cyclo-scooter AMI est peu connu pour ne pas dire méconnu. Il présentait des solutions originales...

Ami 2163... qui lui attirerait un joli succès aujourd'hui dans la circulation urbaine grâce à une maniablité remarquable (pneus de 8'). Il pouvait néanmoins permettre des voyages à l'écart de la ville, la preuve avec ces photos (en noir et blanc) d'un couple en duplex et qui ne se déplaçait pas avec simplement une brosse à dents et un peigne.

AMI scooterÀ sa naissance en 1950, l'AMI, qui ne s'appelait que Piccolo, était motorisé par un 50 quatre-temps à deux vitesses, le Cucciolo italien. Moteur original lui aussi avec ses soupapes à culbuteurs "tirés" et non poussés comme d'usage courant (c'était de chez Ducati, c'est tout dire !). Son seul défaut était, outre l'absence de pédales indispensables au démarrage du moteur, d'avoir un changement de vitesses par sélecteur au pied. Or, la clientèle visée par ce type de véhicule, comme pour tous les scooters, était du genre féminin que l'on sait peu enclin à abîmer ses escarpins sur les leviers d'un sélecteur. Il fallait donc un autre moteur avec des vitesses mais pas au pied, donc à la main... par poignée tournante. Ce que, par ailleurs, avaient bien compris Vespa et Lambretta.      

Ami GOYARD184Le choix se porta sur le deux-vitesses Sachs 98 cm3, un deux-temps un peu plus puissant et sans doute moins onéreux que le Cucciolo. En plus de ses vitesses au guidon, l'AMI offrait un démarrage par lanceur avec poignée et câble au moteur côté gauche, façon tondeuse à gazon.Ami 1162En perpétuelle évolution depuis sa naissance, l'AMI se présenta ensuite avec un moteur plus gros (150 cm3) toujours fourni par Sachs et, cette fois, avec un kick-starter bien visible sur la photo ci-dessus.

AMI scooter de dosLa marque subsistera jusqu'au milieu des années 50 en essayant de suivre le mouvement scootériste qui réclamait toujours plus de protection et d'automatisme. L'AMI grossira des roues (10 ') et de la carrosserie qui finira par l'enfermer complètement en lui faisant perdre son aspect léger, presque "sportif".

Ami-3164.jpgAvec la selle double des ultimes productions AMI, ces deux campeurs auraient perdu toute raison d'avoir chacun leur monture et l'émancipation féminine y aurait donc beaucoup perdu...

Triumph-650-Cheney-ISDT.jpgVacciné moto-cross et tout-terrain, Fabrice Bazire exposait une rare Cheney à moteur Triumph T 120. Cette 650 était préparée par Eric Cheney himself pour les Six Jours Internationaux de 1968.

Norton 750 RangerAfin de répondre à la demande des pilotes américains réclamant des motos d'enduro plus puissantes, Mike Berliner, importateur Norton-Matchless du New-Jersey suggéra à la maison-mère d'installer un moteur de 750 Norton Atlas (52 ch) dans une partie-cycle de Matchless de cross. "Impossible à réaliser", lui fut-il répondu. Berliner commanda alors une telle machine à deux spécialistes californiens, Bob Blair et Steve Zabaro. Puis, avec son prototype sous le bras, il s'en vint chez les Britanniques et les convainquit. D'où cette Norton P11 de 1967, cocktail réussi qui tint le choc jusqu'à l'arrivée des CZ et Husqvarna...

Matchless-Metisse-Bazire-.jpgEncore de la Haute-Couture à l'anglaise sur le stand Bazire, une réplique Rickman Metisse MK III Matchless de 1965. La base, assez lointaine, en est la Matchless G 85 CS (Competition Scramble).Triumph-Bonneville-Burdet-attelee.jpg

Poursuivant son prosélytisme en faveur du sidecar, Jean Burdet (Heritage-Import) proposait un bel attelage entraîné par une Triumph Bonneville dans des couleurs inhabituelles. 

Phil-Read-incognito.jpg

Du jour où ce visiteur abandonnera sa casquette Elf, je crains que plus personne ne le reconnaisse...    

Norton-Inter.jpg

Belle Norton Inter dans son état d'origine garanti car propriété d'Alain Daigne, auteur du livre "Manxman - Des Norton et des Hommes". Sur plus de 190 pages il a rassemblé le double de photos de pilotes français et européens qui ont couru sur les légendaires Manx 350 ou 500 jusqu'en 1970. Fabuleuse évocation ! Ce livre est disponible chez l'auteur : A. Daigne, 5 Chemin Vert 95630 Meriel. Renseignements sur : alain.daigne@wanadoo.fr

CHEZ LES MOTOS ROUGES

www.autodrome.fr-Maserati.JPG

En cherchant sur le ouèbe, on trouve bien Maserati constructeur de deux-roues, mais on ne signale qu'une production limitée à des 50 deux-temps et une 160 quatre-temps culbutée. Manifestement, celle qui figurait sur le stand des Guzzistes ne relève d'aucune de ces catégories. (Photo ci-dessus : www.autodrome.fr)

Maserati-moto.jpg

Selon l'aspect du carter de distribution qui arbore la prise du compte-tours cette Maserati possède un ACT commandé par chaîne, et c'est à peu près tout ce qu'on en sait ! Le trident est le même que celui qui figure sur les voitures de même marque. C'est la conséquence d'une confusion intervenue au moment de la séparation intervenue entre Moto Maserati et Maserati Candele & Accumulatori.      

Aermacchi-Harley-Vincennes.jpgUne 250 Aer... excuses... 250 Harley-Davidson avec son toujours aussi curieux frein avant Campagnolo. Une technique de "frein in-board" révolutionnaire mais qui n'a pas fait école.

Frein Campagnolo brevetLe principe de ce Campagnolo s'apparente à un embrayage monodisque (façon BMW flat-twin) qui fonctionnerait "à l'envers". Sur un disque de friction (en noir) s'applique un autre disque à commande hydraulique (ici une durit tressée). Ce dessin est l'un de ceux qui accompagnent le brevet américain.

Parilla-et-Martin.jpgLe 175 Parilla exposé sur le stand du club Aermacchi attirait les regards et les questions sur sa distribution particulière dite "par arbre à cames surélevé". D'où explication de texte par Dominique Martin (pull bleu) propriétaire de la machine.

Parilla pre moteur seul3710Le tube ailetté à l'avant du bloc-moteur est un reniflard.

Parilla-2.jpg... Très obligeamment, Dominique Martin nous a fourni photos et dessin qui valent mieux que, etc, etc. Donc, carter de distribution retiré, apparaissent les boyaux de la machine. De bas en haut : pignon de commande de la pompe à huile, pignon-moteur, pignon d'entraînement de la chaîne de distribution, pignon d'arbre à cames.

Parilla 1 dessinÉclaté du moteur sur lequel de nombreuses pièces annexes ont été effacées afin de rendre le dessin plus lisible. Surtout ne vous basez pas là-dessus pour remonter un moteur que vous auriez reçu en pièces ! 

Parilla-3.jpgGros plan sur le culbuteur d'échappement. La flêche indique le réglage du jeu à la soupape par l'extrémité carrée de la tige de commande avec son contre-écrou. Tout à gauche, la came sur son arbre très court.

MV-125-simple-ACT.jpgOn revient à du plus classique (classique italien, s'entend) avec ce 125 MV de 1954. Son moteur a une distribution commandée par cascade de pignons et ne possède qu'un seul arbre à cames au lieu des deux du modèle d'usine dont il est issu. Produit pour la Formule Sport italienne, il poursuivit une belle carrière aux mains de pilotes privés de tous pays.

Guzzi-Airone.jpgUltra-classique, mais on ne s'en lasse pas, une Guzzi mono. Même sans prétentions sportives, cette paisible culbutée respire la performance. La couleur, sans doute !

En inscrivant votre adresse mail dans la case "newsletter" en bas de la colonne à droite, vous serez immédiatement informé de la parution d'un nouvel article. C'est absolument gratuit ! 

Partager cet article

Repost 0
Published by zhumoriste
commenter cet article

commentaires

Jacques 16/12/2013 17:42

Bonjour,

Merci de ce justificatif.
Nous allons donc rester dos à dos car nous menons un combat identique, mais totalement opposé :
moi c'est durite, sans majuscule et avec un "e" comme lettre finale, orthographe assez souvent utilisée jusqu'à ce qu'une certaine presse dite spécialisée sème la confusion dans nos esprits
encombrés !
Nous justifions ainsi l'existence de plusieurs dictionnaires, car il semble bien qu'il n'y ait nulle part trace d'un quelconque consensus sur l'orthographe de ce mot.
J'en conclus aussi que l'usage que vous en avez fait est bien raisonné, ce qui somme toute est le principal, le contraire m'aurait consterné. :-))
Merci de nous faire partager toutes vos découvertes.
Votre fidèle lecteur

zhumoriste 16/05/2014 11:39



... et magnanime avec ça !



roro 12/12/2013 13:42

Cher Jean
suite à ton article sur le scooter ami ,je me permet de te signaler que le premier modele est bien équipé du moteur cucciolo ,qui n'a je crois jamais été importé en france
Par contre le second modele est celui que tu présente sur les photos d'époque,et en rouge,a moteur 100cm3 ,2 vitesses à moteur sachs (moteur sport démarrage au kick que l'on retrouve sur les follis
new maps etc ) Je pense que la version a demarrage a lanceur n'a pas été produit en série ou peut etre pour d'autre marché comme autriche (ce meme moteur a lanceur se retrouve sur le scooter lohner
)
Ce modele à pour l'époque été largement distribué par motobloc qui s'est contenté d'y apposer son logo sur les flancs de reservoir
;Il faut dire qu'un scooter 100 a suspension avant et arriere etait unique à son époque sur le marché.
Le modele suivant sera bien équipé du 150 sachs (seul moteur disponible en plus grosse cylindré) avec carenage intégrale,et siege bi place

En te présentant tous mes voeux pour la nouvelle année
sincerement
roland

Jacques 09/12/2013 09:15

Sur un disque de friction (en noir) s'applique un autre disque à commande hydraulique (ici une durit tressée). Ce dessin est l'un de ceux qui accompagnent le brevet américain.

Cher monsieur Bourdache, une durite avec un "e" en lettre finale serait l'adaptation au langage courant d'un nom déposé qui dans ce cas doit s'écrire avec une majuscule en tête, donc Durit.
C'est du moins ce que me suggèrent mes dictionnaires favoris.
Autrement, bon article toujours bien argumenté et agréable à parcourir.
Donc, merci.

zhumoriste 16/12/2013 17:02



C'est un de mes combats que d'écrire durit (surtout sans 'e' final) sans capitale et ça dure depuis 50 ans. De même que "poubelle" ou "mobylette" et encore "caddie" (longtemps Caddie a réclamé un
© devant ou derrière le nom avant d'abandonner, me semble t'il) et pourquoi pas "cardan" ? Dans ce dernier cas, il est plus grave de lire "transmission par cardan" à propos d'une machine qui n'en
est pas forcément pourvue à l'une des extrémités de son "arbre de transmission". De même, le débat reste à trancher entre "boîte À vitesses" et "boîte DE vitesse(s)". La paresse et l'ignorance
régnant dans la Presse a finalement eu la peau de la roue "à branches" qui a cédé devant la roue "à bâtons" (un volant à bâtons, ce serait cocasse, non ?).


Enfin, méfiez-nous des dictionnaires car puisqu'il en existe plusieurs, c'est qu'ils ne sont pas d'accord entre eux... Celui du ouèbe est un pur délice pour celui qui a un peu de temps à perdre.



Présentation

  • : Z'humeurs & Rumeurs
  •      Z'humeurs & Rumeurs
  • : La moto et ses (larges) à-côtés
  • Contact

N'oubliez pas que...

... en inscrivant votre e-mail dans la case ci-dessous, vous serez prévenu instantanément par un message dans votre boîte de la parution d'un nouvel article. 

Recherche

Archives

Pages

Liens