Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 17:55

Olivier-recycle 0184  Olivier-recycle 0182

Toujours à la recherche de Pigeot 103 ou de pièces du même engin qui lui permettent d'en reconstruire des exemplaires roulants, Olivier (voir article du 08/01/2012) écume les brocantes et autres vide-greniers de l'Ouest avec une belle ardeur. Son humour et sa gentillesse font merveille auprès des vendeurs... et vendeuses en costume d'époque comme ici. Cette fois, il a mis quelques euros dans le commerce contre un guidon de course avec sa sacoche "randonneur" et un casque irrésistible et indispensable pour rouler en Pigeot (le casque, pas le guidon, quoique avec lui tout est possible...).  

cazenave P1050149

Comme il n'a pas d'œillères, il a vu à Saintes dans une exposition du Club Saintongeais des Véhicules d'Époque quelques motos dont une peu connue Cazenave. Cette marque de Belin (Gironde) a commencé dans la moto au milieu des années 20 alors que les "jeunes couches" du 21è siècle ne connaissent que ses cyclos (surtout) ou ses motos des années 50, émanations d'Ultima. Louis Cazenave a laissé une autobiographie qui donne une excellente idée de ce que pouvait être l'aventure au siècle dernier d'un homme parti de rien et qui a fini par employer des centaines de personnes dans ses différentes entreprises. De la fabrication de bicyclettes à la fournitures de "harasses", ces châssis d'emballage pour la livraison de motos (jusqu'à sept scieries travaillaient à celà) en passant par l'usinage d'obus, les Ets Cazenave n'ont cessé de se développer. L'une des innovations dont cet homme semble le plus fier est d'avoir créé le chariot monté sur pneumatiques (ci-dessous), mais dans ses mémoires, il n'a pas un mot pour évoquer la construction de motos. Selon Moto Revue, c'est Guy son fils aîné qui avait la charge de cette production.  

cazenave sur pneus 18.57.04

Après des débuts plutôt difficiles, Louis Cazenave présente au début des années 20 sa première moto légère (très), équipée d'un moteur SICAM apparu vers 1921. (La SICAM = Société Industrielle de Construction d'Automobiles et de Moteurs exploite les brevets de Marcel Violet). Dans un ancien numéro du Motocyclettiste, le 19, du Printemps 1980, Philippe Jacquier a communiqué le fruit de ses recherches dans les ateliers de la marque auxquels il a eu accès à Belin. Quelques plaques photo négatives en mauvais état lui ont permis de connaître un peu mieux la production motocycliste de Cazenave. Outre la SICAM, il y eut une plus moderne machine avec fourche à parallélogramme (moteur ?) ainsi qu'une 100 ou 125 à moteur Chaise deux-temps. Une 175 à moteur Moussard semble avoir été la plus grosse cylindrée de l'entre deux-guerres, probablement en 1928. C'est celle dont Philippe Jacquier a retrouvé une illustration publiée dans le Motocyclettiste et elle est semblable à celle qu'Olivier a shootée à Saintes.

Gnome réservoir

Un décor de réservoir Gnome-Rhône auquel aucun objectif d'appareil photo ne peut résister.

Peugeot tri 1050136

Un engin qui fut familier de nos villes et villages, le triporteur Peugeot (et pas TRIMOTEUR comme on le voit parfois écrit dans les gazettes dites spécialisées). Un trimoteur, c'est un avion comme le  Dewoitine D338 ou le Junker Ju 52, celui en tôle ondulée.

Soyer P1050141

Belle restauration d'une Soyer au superbe et fragile carter primaire en alliage.

Peugeot atelier 1050132

Reconstitution évocatrice d'un atelier de mécanique auto et moto des années 30, mais je ne suis pas sûr que la pompe à huile rouge sur roulettes soit en phase avec l'époque. Sujet à éclaircir...

Ducellier P1050142

Un bel accessoire qui a dû faire envie à Olivier, lui qui récupère toute lanterne, feu de position, phare pour en faire un lampadaire, un lustre, une lampe de chevet. Celui-ci était tentant mais... pas à vendre !

sb41-det-1 

On retrouve les "recyclages" d'Olivier sur http://lampygores.wordpress.com/ . Ceux de sa compagne qui, elle, donne dans les bijoux et horloges, toujours confectionnés avec des objets récupérés en brocante et détournés de leur fonction originelle, se trouvent sur http://sylolbijoux.wordpress.com/ . Le pendentif ci-dessus devrait évoquer quelque chose chez un mécanicien tandis que la bague ci-dessous est plus mystérieuse, quoique pas trop éloignée de la mécanique, du moins pour moitié. 100 000 sucettes à qui donnera sa composition.  

bague-4.jpg

En inscrivant votre e-mail dans la case "newsletter" en bas de colonne à droite de cette page vous serez prévenu par e-mail dès qu'un nouvel article sera mis en ligne : c'est entièrement GRATUIT !

Partager cet article

Repost 0
Published by zhumoriste
commenter cet article

commentaires

roro 07/09/2012 13:44

Pour la reconstitution d'un atelier des années 30
il n'y a pas que la pompe à huile rouge qui me choque mais également cette pauvre peugeot (sans doute une p55) des années 50 , le bidon vert de solexine sur l'étagere etc etc une vrai
reconstitution de cinema ,mais la avec 50 photos à la minute on a pas le temps de détailler

zhumoriste 28/09/2012 16:38



Nobody is perfect, mais l'effort de présentation méritait d'être signalé... ;-)



Rocky 06/09/2012 19:43

" pas l'huile, voir du côté de Lucas "

Joe Lucas, the Prince of Darkness ?
Bof je vois pas, des petites cochonneries en laiton qui sont dans les divers comodos et contacteurs ?

zhumoriste 07/09/2012 20:16



Ce sont le bidules (le nom exacque ?) qui permettent de rabouter un fil électrique. On entre chaque extrémité du fil à chaque bout du bidule et d'un coup de pince on écrase chaque bout du bidule
métallique. Le tout est protégé par un tube en plastique de couleurs différentes selon le diamètre du fil à rabouter. Çui qui n'a pas ça dans son barda de dépannage se sent mal



Rocky 04/09/2012 16:07

"N'importe quel possesseur d'anglaise doit savoir, hin, hin !"

Y'a pas de machins comme ça, dans mon anglaise, à moins qu'on sagouin se soit amusé à découper une canalisation d'huile avant d'aplatir les extrémités des tronçons ?

zhumoriste 06/09/2012 17:18



... pas l'huile, voir du côté de Lucas



Igor 04/09/2012 09:52

Que d'éloges !!! Merci Zhum.
Pour la bague de Sylol, nous connaissons la réponse... A t-on droit aux 100 000 sucettes???
Sinon, le Sud-Ouest est vraiment riche !!! Motos anciennes, brocantes, 103 Pigeots...Et que d' artistes !!! A vos bécanes pour vos futures vacances !!!

zhumoriste 04/09/2012 15:36



Il ne faut pas le dire trop fort !!!



Rocky 03/09/2012 21:33

Y'a déjà des aiguilles de roulement, dans un truc qui ressemble à un boitier de montre bracelet pour dames monté en bague......

zhumoriste 04/09/2012 15:38



À moitié vrai pour le boîtier de montre monté en bague, mais dedans ???  N'importe quel possesseur d'anglaise
doit savoir, hin, hin !



Présentation

  • : Z'humeurs & Rumeurs
  •      Z'humeurs & Rumeurs
  • : La moto et ses (larges) à-côtés
  • Contact

N'oubliez pas que...

... en inscrivant votre e-mail dans la case ci-dessous, vous serez prévenu instantanément par un message dans votre boîte de la parution d'un nouvel article. 

Recherche

Archives

Pages

Liens