Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 16:54

À la suite de l'article du 17 mai 2013 où il était question du moyeu suspendu Triumph, J.-F. Taillard m'envoyait ce courrier : "Je viens de lire l'article Triumph ou il est fait mention d'un moyeu suspendu français du même genre. Ci-joint des photos d'un moyeu dont je ne connais rien mais qui pourrait bien être celui que vous évoquez. Ça me fait beaucoup penser à du Collignon mais je n'ai trouvé aucun indice et en l'absence de doc je ne m'embarque pas à démonter. Les bruits qui courent sur le Triumph ne sont pas très engageants (...)

Cordialement et bravo pour ce blog. Ça change des occases démodées baptisées "youngtimers" qui envahissent de plus en plus le monde de la moto ancienne (enfin c'est comme que beaucoup les appelle ! ! !)".

L'affaire demandait une enquête. Laborieuse, mais fructueuse puisque ce n'est pas un mais trois moyeux différents qui sont nés sur le marché français des années 40/50. Et peut-être plus, qui sait ?

Donc je vide ma besace en commençant par le plus ancien chronologiquement, le NIVEL qui est une Licence ROBAIL et que le mensuel Motocycles présente en juillet 1947 accompagné de ce dessin mais sans plus d'explications.

1947 Moyeu Nivel Motocycles 1 996Il faut attendre un an tout rond pour avoir des nouvelles sur cet appareil. C'est André Nebout (Tano, en course) qui s'y colle en rapportant ses impressions à la suite d'un essai rapide d'un 350 Peugeot P105 publié en juillet 1948, toujours dans Motocycles.

Comme de juste, tout est parfait, bien que l'article se termine par cette phrase en forme de bémol involontaire : " Nous pouvons donc rassurer les clients de M. Robail ; leurs moyeux sont en cours de finition, et même si l’attente leur a paru longue, ils ne regretteront pas ce surcroît de mise au point ».1949-Nivel-UCM-Motocy-10-1949998.jpg

On passe sur le fait que trois mois auparavant Motocycles avait passé une publicité (ci-dessus) un peu en avance sur la musique. Le matériel était "en cours de finition" alors que le client était censé pouvoir passer commande...

L'intéressant de l'article est qu'il est complété par un dessin (ci-dessous) qui nous en apprend un peu plus sur ce NIVEL-Robail. On constate que s'il est mécaniquement mieux conçu que le Triumph, c'est au prix d'une complication certaine et d'un coût de fabrication tout aussi certain (amortisseurs hydrauliques).

1948-Moyeu-Nivel-Motocycles13-997.jpgUne nouvelle version du NIVEL tient compte de ce handicap et en janvier 1950 paraît ce qui est probablement sa dernière version. L'hydraulique y fait place au caoutchouc sous forme d'anneaux Neiman, une technique dans laquelle beaucoup de constructeurs français et étrangers vont se lancer pour réaliser de façon économique des suspensions avant ou arrière de moto et scooters.

1950 Nivel neiman Motocycles 30 01-1950 999Le NIVEL disparaît ensuite des écrans radar de Motocycles (il faudrait éplucher aussi Moto Revue...), après quelques pavés de publicité de l'U.C.M., toujours avec le même libellé. On n'oublie pas qu'un certain ROBAIL avait fait parler de lui en 1932 lorsqu'il avait présenté au Bol d'or des cyclecars un véhicule léger équipé d'un JAP bicylindre en V doté d'une transmission par arbre sur les deux roues avant. Pas d'autres informations sur ce concurrent (est-ce le personnage du moyeu ?), mais la complication de cette transmission serait à mettre en parallèle avec celle de "son" moyeu suspendu de 1947. Lorsqu'on invente, c'est dans tous les domaines...

QUAND C'EST FINI, ÇA RECOMMENCE

À la fin de l'année 1950, un autre moyeu suspendu est proposé aux motocyclistes français sous le sigle G.B.G. et c'est encore Motocycles qui le présente avec un superbe dessin en "éclaté".

1950 Moyeu GBG Motocycles Oct 1950 S'il utilise l'économique caoutchouc des anneaux Neiman, le mécanisme de ce G.B.G. progresse en complication mécanique. Son "absence d'entretien" vanté par le magazine néglige l'usure des biellettes et de leurs axes, les problèmes d'étanchéité sans parler du poids de l'ensemble qui intègre les mâchoires de frein et la commande de la came par un câble avec, ici aussi, une biellette.

1950 Moyeu GBG pub déc 1950Cette publicité de 1/4 de page paraîtra durant quelques numéros de Motocycles, mais on n'en saura guère plus et les initiales G.B.G. gardent leur mystère.

On ne voudrait pas être décourageant envers J.-F. Taillard, mais, quel que soit le modèle auquel correspond sa trouvaille, NIVEL 1 ou 2 ou G.B.G., son démontage risque de mettre en péril, au delà de sa propre personne tout objet fragile dans un large périmètre autour de lui (vitres, éclairage, plafond et murs). On a vu des choses horribles déclenchées par le maniement maladroit d'un simple sandow, alors, avec des ressorts métalliques... ! 

TOUT EST PARTI DE LÀ

Voici les photos que notre visiteur a publiées sur la toile : vue générale (à gauche) ; vue rapprochée (à droite) et vue de l'autre côté. Le seul élément fiable et visible de l'extérieur est la forme de la "boutonnière" dans laquelle se déplace l'axe de roue. Malheureusement, elle ne correspond à rien de ce que représentent les dessins. Mais ceux-ci ne sont peut-être pas fiables à 100 % car ils peuvent correspondre à des modèles "en cours de finition".

Capture-d-ecran-2013-05-29-a-12.06.06.png  Capture-d-ecran-2013-05-29-a-12.07.03.png

Capture-d-ecran-2013-05-29-a-12.07.22.png

Le Zhumoriste étant partisan de "ceinture et bretelles" ainsi que de "vis, écrou, contre-écrou et goupille" pour que rien ne lâche, voici un autre moyeu suspendu. Italien celui-ci, mais il était importé par Monginet, un agent parisien de Gima et c'est sur une machine de cette1952-Manili-BON-dessin-Motocy-1-mai-52003.jpgmarque que Motocycles (décidément) l'a photographié. C'est un Milani, fabriqué à Milan - authentique - et il était monté sur une Gima (photo ci-dessous). Manili-Gima-003.jpgOn ajoutera que le premier NIVEL aurait été installé aussi sur une Gima gréée course par M. Bernard, motociste, rue du Consolat à Marseille. C'est une légende sur un dessin de la machine en 1947 qui le précise, mais il pourrait bien s'agir en réalité de ce Milani puisque le moyeu français était encore à ce moment en période de mise au point.

 

 

VOILÀ, CE SERA TOUT POUR AUJOURD'HUI ! 

Partager cet article

Repost 0
Published by zhumoriste
commenter cet article

commentaires

ghislain 28/10/2013 11:07

Ca y est , je ne mourrai pas idiot , j'ai vu et touché et même soupesé un moyeu GBG !
C'est de la belle ouvrage , belle fonderie , très belle pièce d'un poids que l'on passera sous silence ...
Donc il y e en eu au moins un de vendu !!!!
Et c'est différent , à l'évidence, de celui de Popoffe !

zhumoriste 30/10/2013 18:14



Il suffit de peu de chose pour rendre quelqu'un heureux...



Présentation

  • : Z'humeurs & Rumeurs
  •      Z'humeurs & Rumeurs
  • : La moto et ses (larges) à-côtés
  • Contact

N'oubliez pas que...

... en inscrivant votre e-mail dans la case ci-dessous, vous serez prévenu instantanément par un message dans votre boîte de la parution d'un nouvel article. 

Recherche

Archives

Pages

Liens