Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 14:16

La dernière incarnation de la production Lurquin-Coudert se fait sous... l'aile de Louis-Émile Train (1877-1939), un pionnier de l'aviation qui a dû renoncer à voler depuis un catastrophique accident en 1911. Erreur de manœuvre conjuguée à un mouvement de foule paniquée, son avion a atterri parmi la foule venueTrain accident   500px-Louis_Emile_Train_1911.jpg assister au départ du Paris-Madrid. On devait relever de nombreuses victimes et un mort illustre, rien de moins que le ministre de la Guerre Maurice Berteaux. Ci-dessus, sur le terrain d'Issy-lès-Moulineaux l'avion après la tragédie est gardé par des cuirassiers à cheval. Titulaire de son brevet de pilote depuis 1909, Train abandonne pourtant le milieu des "merveilleux fous volants" et se tourne vers d'autres activités mécaniques dont la motocyclette. Plutôt que de créer une nouvelle marque, il prend la "succession" d'une vieille entreprise honorablement connue sur le marché, ce sera Lurquin-Coudert. 

1914 Lur ctalog216

Émile Train était peut-être un excellent avionneur, mais il semble qu'il n'entendait pas grand chose au graphisme, publicitaire ou autre. L'auteur de ce dessin de la couverture du catalogue n'a d'ailleurs pas signé son œuvre (LIBMA est un atelier spécialisé dans la gravure-imprimerie), mais on ne le regrettera pas ! Le contraste est encore plus grand avec les pages suivantes où les machines sont présentées en deux couleurs (noir et bleu) et dans une mise en pages plutôt élégante.

1914 Lur dos catalogue226

Au dos de son catalogue, Train entend faire valoir sa qualité de constructeur à la tripe tricolore...

1914 Lur Helle-Shaw227

... ce qui ne l'empêche pas de proposer en page intérieure un embrayage d'origine britannique et de monter sur ses machines le changement de vitesses NSU d'origine allemande !

1914 Lur Train bicyl 5 1-2219

Grâce à ce changement de vitesses avec embrayage, le motocycliste n'a plus besoin de pédaler pour mettre sa machine en route et il peut s'arrêter en laissant son moteur tourner. C'est un immense progrès que peu de marques concurrentes peuvent offrir. Cependant il classe les Lurquin-Coudert parmi les plus chères du marché (hors motos importées), en compagnie des René Gillet et autres Automoto, malgré le handicap d'une transmission finale par courroie. 

1914 Lur Train bi 5 1-2 bis220

Reste l'énigme toujours non résolue de la paternité de ces nouveaux moteurs à soupapes latérales, monos et bicylindres "sortis de nulle part" tout en étant déjà opérationnels. La partie-cycle n'a pas non plus d'équivalent en France avec cette fourche qui n'a existé, semble-t-il, que sur ces machines, tandis que le frein avant en étrier sur jante se trouverait facilement une parenté britannique... 

1914 Lur Train moteurs bicyl224

Malgré un changement de direction, la marque continue sa politique de livraisons de moteurs seuls. Mais on peut se demander si cette pratique était bien réelle car à ce jour, aucune machine équipée d'un Lurquin-Coudert mono ou bicylindre n'est connue. Peut-être faudrait-il rechercher chez les cyclecars, en particulier pour le bicylindre à refroidissement liquide qui conserve les soupapes automatiques. 

1914 Lur moteurs monos223

Le prix de base des moteurs est indiqué sans la magnéto, mais comme tout était prévu pour recevoir une Bosch, il devait être assez mal vu de demander une magnéto d'une autre marque...

1914 Lur Train Tourist 3 hp1-2218

À 1400 F, la 450 mono atteignait et dépassait même le prix de certaines bicylindres en V françaises, mais cette Lurquin-Coudert avait l'avantage de ses soupapes latérales et de ses deux vitesses/embrayage.

1914 Lur Train chgt vit NSU225

1914 Lur Train bi side osier221

1914 Lur Train bi side tole222

1914 Lur Train Tourist 2 hp1-2217

Retour d'une "antiquité" avec cette 260 cm3 à soupape automatique et sa fourche à ciseaux. Son prix raisonnable explique sans doute que ce soit ce modèle qui se rencontre aujourd'hui chez les (rares) collectionneurs français et étrangers.

1914 Lur Perfection mono 03 1914099

En mars 1914, la revue Cycle et Automobile Industriels présente à titre de nouveauté cette moto Perfection de 3 HP (450 cm3) "établie" par les Ets A. N. Lotteau Frères de Choisy-le-Roi (Seine). Il s'agit d'une L & C de même puissance, équipée d'une fourche type Druid qu'on ne trouve pas sur les L & C "de souche". Cette Perfection était au catalogue Lotteau en compagnie d'une bicylindre latérales 750 cm3 et de la 2 HP 1/2 mono à soupape automatique.

(c'est encore... à suivre. Mais oui !) 

Partager cet article

Repost 0
Published by zhumoriste
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Z'humeurs & Rumeurs
  •      Z'humeurs & Rumeurs
  • : La moto et ses (larges) à-côtés
  • Contact

N'oubliez pas que...

... en inscrivant votre e-mail dans la case ci-dessous, vous serez prévenu instantanément par un message dans votre boîte de la parution d'un nouvel article. 

Recherche

Archives

Pages

Liens